Mots Tordus et Bulles Carrées

Spider-Man (Todd McFarlane)

Quand en 1990, Todd McFarlane se retrouve aux commandes de la nouvelle série consacrée à Spider-Man, le monde du comics traverse une période de transition. 
Les dessinateurs vivent leurs plus grandes heures de gloire.
Des grands noms tels que Jim Lee, Erik Larsen, Marc Silvestri ou Rob Liefeld attirent les lecteurs en masse. 

Todd McFarlane fait partie de ces auteurs.

Todd McFarlane et Spider-Man

Les positions abracadabrantesques de Spider-Man

Auteur complet (scénariste, dessinateur, encreur et même coloriste sur l’épisode 4), Todd McFarlane a un style unique.
Élastique, dynamique, arrondi et sombre, ses errements anatomiques deviennent une marque de fabrique.  

On peut passer des heures à admirer les chorégraphies complètement dingues imaginées par le dessinateur qui serviront d’inspirations à de nombreux autres.
Kaare Andrews, dernièrement, en a fait son obsession.

Sa narration et la composition de ses planches peuvent paraître déstructurées mais elle rythme l’intrigue de l’auteur canadien.
Cases carrées, allongées, variations de tailles, l’auteur n’a qu’une limite : sa propre imagination.  

Des scénarios horrifiques

Une narration explosive et percutante

On assimile souvent Spider-Man au comique de service et les films ont sans doute amplifié cette impression. 

Pourtant, en 60 ans, le héros en a vécu des aventures et des drames !
Une de mes périodes préférées est celle de J.M. Dematteis, à l’origine de récits poignants autour de notre homme araignée.
La dernière chasse de Kraven en est le parfait exemple mais tout son run, accompagné de Sal Buscema, est fortement conseillé.

Todd McFarlane n’est pas forcement un adepte de la psychologie.
Par contre, on retrouve, à travers une atmosphère particulièrement pesante, ses obsessions pour New-York et ses soubassements, où se cachent les reclus mais aussi de nombreuses créatures monstrueuses. 
Avec ce run, Todd McFarlane prépare ses travaux sur sa prochaine création : Spawn.

Une place de choix pour les monstres

Doom Doom Doom Doom Doom Doom

Tourments met en scène le retour du Lézard, féroce comme jamais, et pose les bases de ce que deviendra le style Mcfarlane.

Composée de nombreuses cartouches, servant autant la voix du narrateur que celle des autres personnages, son écriture est brute et souvent incisive. 
Elle impose une montée en tension, qui au rythme des Doom Doom d’un tambour lointain, nous montre la détresse d’un Spider-Man déboussolé, voire paniqué face à la menace qu’il affronte.

Todd McFarlane n’hésite d’ailleurs pas à assombrir l’univers du héros décrivant des affrontements particulièrement violents et des hallucinations horrifiques qui éloignent d’office les lecteurs les plus sensibles. 

Ici, l’humour n’a plus sa place et seule la survie compte. 

Tourments n’est que la première partie de l’oeuvre de Todd McFarlane sur le personnage (5 épisodes sur 16). 
Si la plupart sont intéressants (malgré une baisse graphique sur quelques épisodes), je ne peux que vous conseiller Perception, une histoire où Spider-Man se retrouve en pleine forêt canadienne à enquêter sur des meurtres aux côtés de Wolverine
Et si vous aimez vous amuser, le crossover Spider-Man / X-Force est instructif pour sa comparaison entre 2 auteurs radicalement diffèrents : le style Todd McFarlane (très formel) face à celui de Rob Liefeld (égal à lui même 😉

Spider-Man au bord du gouffre

En résumé

La série sera un des plus grands succès de l'auteur et peut être un de ses meilleurs récits. Le premier numéro se vendra à 2,5 millions exemplaires, un score unique qui fera germer chez lui beaucoup d'ambition future. 

Ainsi, avec ses collègues cités plus haut, il fonde Image Comics, une nouvelle structure permettant aux auteurs de conserver les droits de leurs créations. 
De son côté, il créera Spawn, un personnage dont on retrouve de nombreuses thématiques et atmosphères (graphiques notamment) dans les histoires qu'il a écrites sur ce Spider-Man. 
Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal