Mots Tordus et Bulles Carrées

Les derniers Géants (François Place)

Ouvrir un album ou un roman de François Place c’est toujours partir pour un grand voyage. Illustrateur et auteur de nombreux récits d’aventure, passionné d’atlas et de récits de voyage, ses histoires lui ressemblent. « Ce sont des vagabondages dans les « ailleurs », les lointains, les confins », comme il le dit lui-même. Les derniers Géants, paru en 1992 et réédité en 2006 aux éditions Casterman, est un exemple parfait de l’album qu’on continue à feuilleter bien après l’avoir lu.

Le voyage d’une vie

Quand commence le récit, nous sommes en Angleterre en 1849. Archibald Leopold Ruthmore est un savant anglais. Il vient d’acheter un dent couverte de gravures étranges à un vieux matelot sur les docks. Une « dent de géant« , selon le marin.

De retour dans son cabinet de travail, Archibald examine la trouvaille.
Il découvre, après de longues recherches, qu’il s’agit en fait d’une carte indiquant le « Païs des Géants« , aux sources du fleuve noir.
L’ homme, attisé par la curiosité, pour prendre la décision qui va changer sa vie : partir à la recherche des Géants.

Il embarque alors à bord d’un vaisseau de la Compagnie des Indes, la tête pleine de « mondes perdus, d’iles oubliées, de terres inconnues« .

Mais l’expédition se révèle vite bien plus risquée que prévue.

Remonter le Fleuve noir, traverser les falaises de la dent du Dragon, la jungle et surtout affronter les Wa, une tribu de coupeurs de têtes, n’est pas de tout repos !

Finalement, après avoir perdu tout son équipage, Archibald trouve des traces de pas monstrueuses.
Elles le mènent à une vallée peuplée de squelettes de pierre par centaines.

« La terre se mit à trembler légèrement, mais j’étais trop faible pour réagir. Un soleil froid me fit soulever les paupières, avant de s’éclipser dans l’ombre d’un de ces piliers de pierre. Horreur ! ce dernier se pencha vers moi. Il chantait d’une voix incroyablement douce. Ma raison était-elle à ce point altérée ? Était-ce un rêve ? une hallucination ? »

Les colosses à voix de sirène

A la découverte de l’Autre

Désormais, Archibald va vivre auprès de ces géants doux et poétique.
Il découvre leurs rituels chantés, leur histoire gravée à même la peau et leur gentillesse.
En lien direct avec la nature, ce sont des êtres d’un autre âge, des enfants dans des corps gigantesques.

En les observant, Archibald apprend à les connaitre, entre éblouissement et surprise.

Mais le mal du pays va se faire sentir et l’envie de retrouver sa terre et son époque va devenir si forte que notre petit savant va devoir quitter ce pays des géants pour celui des hommes.

Encore empreint de ses découvertes, il rédigera un récit de son « Voyage au pays des géants » qui aura beaucoup de détracteurs, rejetant ses « élucubrations » et le traitant de « charlatan ».

Archibald devient conférencier

Mais en défendant ses thèses à propos du peuple des géants, Archibald risque également d’en précipiter la perte…

Pourquoi lire Les derniers Géants ?

Lire Les derniers géants est à la fois une expérience universelle et intime.

Suivre les pas d’Archibald Ruthmore, c’est accéder à un monde légendaire et inconnu : celui des derniers géants. L’écriture à la première personne de François Place, associée à ses illustrations toutes en finesse, nous plonge dans un voyage plein d’aventure et de poésie.

Mais l’expérience est aussi terriblement humaine. En effet, une fois le livre refermé, des questions se poseront aux lecteurs. Mérite-t-on cette découverte ? L’être humain, dans sa soif de connaissances et de savoirs, ne met-il pas aussi en danger les mondes qu’il étudie ?

On l’aura compris, Les derniers Géants est une histoire singulière qui fait écho aux Grandes découvertes et aux récits de voyage historiques tels que ceux de Marco Polo ou Christophe Colomb, mais aussi aux carnets des explorateurs scientifiques ou aux cartographes. Par sa sensibilité et sa poésie, il pose sur ces géants un voile de mélancolie douce.

Les derniers Géants (prix Sorcières en 1993) est une porte d’entrée vers les mondes imaginaires de François Place que les lecteurs pourront découvrir dans les autres albums ou romans de l’auteur, tels que « Atlas des géographes d’Orbae » ou « la Douane volante« .

J’encourage les curieux à visiter le site de l’auteur https://www.francois-place.fr/ qui est une mine d’or et à écouter son entretien lors d’une session des « Visiteurs du soir » organisée en 2015 par le CNLJ (Centre national de la littérature pour la jeunesse).

Pour lire nos chroniques sur Hilda et le BGG

Mots tordus

3 réflexions sur “Les derniers Géants (François Place)”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal