Mots Tordus et Bulles Carrées

La drôle de guerre de Papi et Lucien (Fabrice Erre / Téhem)

Vous connaissez « une année au lycée« , le blog dessiné de Fabrice Erre ? Vous avez lu et aimé « Quartier western« , « Piments zoizos » et « Vingt décembre » de Tehem (également co-fondateur de l’Atelier Kawa à Mazé)?
Alors vous adorerez « La drôle de guerre de Papi et Lucien » qui réunit ces deux auteurs dessinateurs de BD aux éditions Auzou.

1940 : destination Londres

Une aventure entre deux générations

Papi et Lucien

Parler de la 2nde guerre mondiale, et plus précisément de la défaite de juin 1940, de façon comique et adaptée aux plus jeunes lecteurs n’est pas une mince affaire.
Pour cela, l’album raconte la traversée poilante et pleine d’action d’un ancien poilu de la guerre 14, patriote avec un brin de mauvaise foi, et de son petit-fils Lucien, un gamin malin et débrouillard, jusqu’à Londres pour rejoindre le général de Gaulle.

En effet, Papi ne peut se résoudre à la défaite annoncée par le Maréchal Pétain.
Et il répond par les actes à l’appel du général, grimpant dans sa Renault Torpédo avec son petit-fils sous le bras.
En suivant l’aventure de ce vieil homme à l’âme d’enfant et de son petiot souvent bien plus mature que lui, on découvre la réalité de la France de 1940.
Exode des populations vers le Sud, ligne de démarcation et même séjour d’Hitler à Paris seront au sommaire d’un premier tome riche.
Car, ne l’oublions pas, Fabrice Erre, au scénario, est professeur d’histoire géographie.
Les références historiques sont claires et documentées et un dossier historique clôt chaque volume.

Un humour parfaitement équilibré

Un nazi légèrement obsesionnel

L’alchimie entre l’humour et l’aventure fonctionne à merveille.
On se régale autant de la personnalité des deux « héros » que de celles des personnages secondaires.
Helmut, le soldat nazi, sorte de Joe Dalton, est un loser pathétique.
Alors que les deux soldats français Berthier et Berthon, sorte de Dupont et Dupond, se disputent à propos de la traitrise du général de Gaulle ou de celle du maréchal Pétain.

Les clins d’oeil sont nombreux et efficaces.
De la 7e compagnie aux classiques de la BD franco-belge tel qu’Astérix, on s’amuse de ces petits anachronismes comiques et autres références aux technologies du XXIe siècle qui créent une connivence sympathique et malicieuse avec le lecteur.

1941 : Expédition Atlantique

Voyage en mer

Quel plaisir de retrouver Papi et Lucien !
Nous avions laissé notre duo à Londres après une brève rencontre avec le général De Gaulle.
Alors qu’ils rêvent de participer à l’effort de guerre, la mère de Lucien, compte bien les renvoyer au bercail. Et plus vite que cela !
Mais le général a une toute autre idée en tête.

Après avoir traversé la France à pied, voilà que Fabrice Erre envoie le duo en pleine mer pour retrouver le général De Gaulle, en Afrique.
Pourquoi ?
On se le demande bien mais Papi, qui aimerait reprendre les armes, risque d’être fort déçu.
Il faut dire qu’il ne va pas en mener large dans cet album.
Lui, qui n’a pas vraiment le pied marin, ne risque pas d’apprécier cette traversée.
Un soldat allemand en fera même la désagréable expérience.

Comme pour le premier volume, Fabrice Erre jongle habillement entre les évènements qui ont traversé cette époque et un humour peut être un peu plus enfantin que sur le premier opus.
Reste que l’historien qui sommeille en lui n’a pas hésité à égratigner gentiment le général dans cette scène où il fait face à un soldat africain réclamant, à demi mot, l’ indépendance de son pays.

Pour le reste, les bases sont toujours bien présentes.
Helmut reste un loser fabuleux et Lucien brille par sa maturité et le regard affûté qu’il porte sur l’Histoire en marche.
Mais au final, sur cet opus, ils subissent plus qu’ils n’agissent (même par inadvertance) les évènements de l’intrigue.

Peut être que les péripéties de l’année 1941 se sont avérées moins « fortes », ce qui, n’en doutons pas, risque d’évoluer avec les prochains volumes.

1942 Mission : Sahara !

pluie à Londres, soleil dans le Sahara

A la fin du tome 2, nous avions laissé Papi et Lucien en Afrique. Ils sont en effet dans les locaux de la France Libre, à Brazzaville au Congo pour apporter, encore une fois, leur aide à la Résistance. Le général De Gaulle, resté à Londres avec la mère de Lucien, continue d’organiser ses troupes en France et ailleurs. Il lance d’ailleurs l’opération « or du Sahara« . Celle-ci consistera à s’emparer des lingots de la banque de France évacués près de Dakar en AOF (Afrique Occidentale Française). D’autant plus que le maréchal Pétain aimerait bien les récupérer.

Toujours prompts à s’investir sans crainte du danger, Papi et Lucien se lancent dans cette nouvelle aventure. Ils seront accompagnés cette fois de Coco, un perroquet hilarant dans lequel sont « enregistré » des messages vocaux (et qui s’avèrera aussi un très bon assistant vocal voire un moteur de recherche, sorte de G…gle avant l’heure).

Dakar, Kayes, Tombouctou et même Bir Hakeim, célèbre pour sa bataille contre 37000 Allemands et Italiens, menée par le général Koenig et seulement 3700 hommes des FFL (Forces Françaises Libres). Le voyage des deux français, grand-père et petit-fils, est mouvementé et risqué. Le scénario ingénieux et franchement drôle de Fabrice Erre croise encore ici l’Histoire. On retrouvera d’ailleurs en fin d’album quelques pages documentaires qui éclaireront, de manière très accessible, les grands moments ou lieux de la 2e Guerre mondiale, particulièrement de l’année 1942 en Afrique.

Et c’est toujours un plaisir de retrouver Helmut, le soldat nazi stupide et irritable mais tenace, sorte de Joe Averell à la croix gammée, profondément antipathique et raciste mais si drôle tant il est en décalage dans cet univers africain !

Téhem nous offre de nouveau son dessin clair et expressif. Ses trognes et ses découpages si efficaces. Le rythme sera soutenu, notamment dans les scènes de bataille.

La drôle de guerre de Papi et Lucien est un rendez-vous qu’on ne voudrait manquer pour rien. Et l’album nous le rend bien !

L’élégance à la Téhem

Un bref résumé de l’Histoire

Le dessin de Tehem, particulièrement vif et tout en rondeur, convient merveilleusement à l’ambiance du titre.
Son encrage épais et fluide donne du volume à des personnages variés et à des décors soignés.
Les visages alternent les grimaces, les nez ronds ou acérés, et les airs blasés.

Il apporte aussi une vision très personnelle aux personnages historiques qui parcourent la série.
L’auteur possède un don certain pour dépeindre le grotesque du réel et maitrise parfaitement l’art de la chute comique en fin de page. 

Son dessin en fait le parfait héritier des grands noms de la bd franco-belge.

En résumé

La Drôle de guerre de Papi et Lucien réussit le pari d’éduquer les plus jeunes tout en les faisant rire.

Fabrice Erre s’amuse à envoyer notre duo aux quatre coins de la France puis du monde, et enchaîne les péripéties dans la pure tradition de la comédie française.
Quant à Téhem, il se régale à mettre cette aventure en images avec un talent et un humour sans pareil.


Alors, lancez-vous avec ce duo intergénérationnel de super-héros en espadrilles dans l’aventure de la « drôle de guerre » ! 

Pour lire nos chroniques sur Dragon Dragon et Les facétieuses

Mots Tordus
Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal