Mots Tordus et Bulles Carrées

La voie dragon (Ethan Young)

Le clan Wong quitte ses terres pour rejoindre le Vieux Pays.
Mais pour y parvenir, il doit traverser la Voie Dragon en prenant le risque de faire face à leurs ennemis de toujours : la tribu Dragon.
Alors que le convoi est attaqué, le prince Sing est séparé de son clan.
Aidé par Ming et de son gros chat Minuit, il arrive dans le Vieux Pays.
Ainsi, il est le seul à pouvoir sauver sa famille tombée dans les griffes de la tribu Dragon.

Aura-t-il l’appui de Ming ? Rien n’est moins sûr.

Une approche graphique remarquable

Le clan des Dragons

La Voie Dragon d’Ethan Young fait partie des quelques sorties inattendues du mois de mars.
Petite remarque au passage : la Voie Dragon est un comics.
Glénat ne fait aucunement mention de l’éditeur original dans les crédits mais il est bon de rappeler que l’oeuvre a été initialement publiée en V0 en 2021 chez Scholastic.

Ethan Young a travaillé en tant que designer graphique chez Marvel et multiplie les covers pour de multiples éditeurs américains.
Pour être honnête, je ne connaissais pas son travail avant de mettre la main sur ce titre.
Et la découverte n’en fut que plus agréable.
Il faut dire que le trait du dessinateur est assez plaisant.
Le dessin est souple, rond, fluide et upgradé par un encrage aux multiples variations.
Son approche est un mélange délicat entre une simplicité de façade et un attachement tout particulier aux effets de matières, donnant une grande profondeur à ses décors.
Si les couleurs sont parfaites, je ne peux que vous conseiller de jeter un coup d’oeil à ses planches en noir et blanc rappelant la maîtrise d’un Jeff Smith ou d’un Chris Samnee.

On regrettera peut être un peu plus une mise en page basique, certes efficaces, mais encrée dans un cadrage académique avec peu de cases.
Cependant, si ce choix n’apporte pas forcément le dynamisme escompté lors des scènes de batailles, elle concentre toute l’attention sur des dessins aux arrière-plans foisonnants.
Les doubles pages sont puissantes et on notera les scènes consacrées à la légende et sa touche graphique personnelle.

Ethan Young est sans conteste un dessinateur talentueux dont il faudra suivre la carrière avec attention.

Une aventure axée jeunesse

Un chat un poil vénère

La voie Dragon est avant tout un récit adressé à un jeune public.
Certes, les apports de traditions chinoises amènent de la personnalité au récit mais ils ne peuvent cacher un certain classicisme de l’intrigue.
On y retrouve d’ailleurs une majorité des codes du genre : une cité légendaire, des ennemis ancestraux, un secret familial, un élu et bien sûr, un « monstre » attachant.
À ce niveau, pas de grandes surprises et, si on est plutôt un amateur de fantaisie, on risque de regretter le manque de surprise, même si la lecture, dans son ensemble, reste agréable.

C’est aussi un peu le cas pour la thématique familiale.
Les pressions ressenties par le prince Sing, les rapports entretenus avec son père et le manque maternel sont forcément intéressants mais le traitement reste convenu.

Alors peut-on conseiller cette lecture ?
Bien sûr, même s’il faut avoir conscience du public visé.
Personnellement, j’aime cette approche jeunesse lorgnant discrètement vers le monde adulte.
Mais, dans l’ensemble, la Voie Dragon s’adresse avant tout à un jeune public.
Le meilleur exemple est sans doute Minuit, le gardien du Vieux Pays.
On est quand même plus proche de la peluche adorable que du monstre effrayant, ce qui n’enlève en rien de sa puissance quand cela s’impose.

Au final, qu’on soit jeune ou non, Ethan Young met en image un récit haletant avec de beaux moments de bravoure et d’émotion.

N’est-ce pas l’essentiel ?

En résumé

La voie Dragon d'Ethan Young est un récit d'aventure jeunesse influencé par la tradition chinoise. 

Graphiquement, l'auteur propose un univers magnifique et détaillé, rappelant à certains égards le travail de Chris Samnee.
Le trait est rond, l'encrage apporte de la profondeur grâce à de sublimes effets de matières.
Si le scénario s'avère classique, il n'en est pas moins haletant, multipliant des rebondissements plus ou moins attendus.

L'oeuvre s'adresse avant tout à un jeune public mais conviendra aussi à celles et ceux qui ont su garder leur âme d'enfant.

Pour lire nos chroniques sur Demon Days et Mangaka

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal