Mots Tordus et Bulles Carrées

Lettre à toi qui m’aimes (Julia Thévenot)

Il est rose. Il parle d’amour. Ou plutôt d’anti-amour. « Yliès et Pénélope. Ça sonne comme un couple fait pour s’aimer  » nous annonce la 4ème de couverture. Avec Lettre à toi qui m’aimes, Julia Thévenot touche en plein coeur sur une thématique peu abordée : celle d’une histoire d’amitié et d’un amour adolescent fantasmé mais rejeté car non partagé.

Pénélope ou le choix d’aimer

Pénélope est en terminale. Entre la musique et le lycée, pas beaucoup de place pour l’amour. Même si elle fantasme sur Côme, un camarade de son cours d’art, son quotidien est plutôt basé sur l’amitié musicale qu’elle entretient avec Jobs et Dudley au sein des Moonatics.

Mais quand débarque Yliès, le nouveau guitariste, avec son visage de petit garçon, ses phrases à virgules et ses regards insistants, une tension-attraction se crée.

Tout semble écrit d’avance : Yliès et Pénélope sont faits pour être en couple. Un couple quasi mythique, à quelques lettres près. Ils s’intéressent, s’attisent un peu et s’électrisent. Il ne reste plus qu’à réécrire l’histoire.

Mais voilà… Pénélope n’aime pas Yliès.

Parce que je ne t’ai rien demandé, rien promis –
rien interdit non plus, certes, mais
je ne suis pas ta maman, pas ta petite amie, c’est la seule limite que j’ai posée.

Regarde-moi clairement un instant :
entre nous,
il y a un paquet de trucs qui n’arriveront jamais.

Alors commence la longue lettre de Pénélope à Yliès. Une lettre de non-amour, écrite à un TU qui flambe littéralement pour ce JE qu’il pense faite pour lui. Sans vraiment se soucier de ce qu’elle peut bien attendre ou ne pas attendre de lui.

Une Odyssée adolescente

Julia Thévenot donne la parole (ou plutôt le stylo) à celle qui est aimée passionnément mais qui n’aime pas en retour. Pénélope est sans détours, franche et entière. Séduisante, elle prend cependant garde à ne pas attiser le feu qui brûle Yliès. Évidemment, au début, il y a les émotions qui font tanguer un peu, qui bouillonnent et font quelques étincelles. Mais Penny gère. Elle n’aime pas Yliès.

Or, c’est sa gestion de cette « love affair » qui va lui être reprochée. Par Yliès d’abord. Rongé par la tristesse et la frustration, la cohabitation au sein du groupe est difficile à vivre. Par ses amis Jobs et Dudley ensuite, avec leurs « Je te l’avais dit » et leurs « Pourquoi tu joues avec lui ?« 

Le talent de Julia Thévenot est de nous placer dans le tête et le coeur de Pénélope. De dire, dans une prose parfois versifiée, son rejet de cet amour envahissant et autoritaire. Son indépendance et sa révolte face au « faits l’un pour l’autre » qu’on leur a étiqueté sur la poitrine.

Cette « un-love story » est brillante, tant par le style de l’écriture que par ce personnage profondément sensible et brutal, parce que la vérité l’est, qu’est l’adolescente libre et féministe. Qui n’a jamais rêvé d’être cette jeune femme droite dans ses décisions et dans son époque ?

Evidemment que tu es dégouté. Ce n’est pas de ta faute, c’est celle du ciné.
On t’a menti ; tu as fait tout ce qu’il fallait et je ne me suis pas laissé aimer – vaste escroquerie. Mensonge publicitaire, abus de faiblesse et compagnie. C’est du vol pur et simple, quand on y réfléchit. Rapt de tout ce temps que tu as passé à m’imaginer le soir, de tous ces sourires soigneusement tissés ! Et toutes ces chansons d’amour écoutées en boucle, playlists minutieusement agencées, sms patiemment tricotés.

Le roman-lettre va donc dérouler et jouer la partition de Pénélope. Non pas celle qu’Yliès voudrait entendre mais celle que la jeune femme a décidée. Au-delà des préjugés et des attendus.

Pourquoi lire Lettre à toi qui m’aimes ?

Lettre à toi qui m'aimes est un court roman percutant et qui sonne juste. Julia Thévenot donne coeur, chair et voix à une Pénélope bien loin des clichés adolescents. Une Pénélope qui prend en main ses sentiments et assume ses choix. Quitte à ce que cela pique un peu. Parce qu'Yliès n'est pas Roméo et qu'elle n'est pas Juliette. Parce qu'elle veut écrire sa propre histoire d'amour, avec celui qu'elle a choisi et non celui qu'on lui destine.

Féministe, tendre et drôle, à la fois déconstructeur et plein de respect et d'espoir, Lettre à toi qui m'aimes fait exploser les codes de l'histoire d'amour, en répondant par la voix de celle à qui l'on n'a rien demandé.

Pour lire nos chroniques sur Beck et Acid Summer

Mots Tordus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal