Mots Tordus et Bulles Carrées

Brancusi contre États-Unis (Arnaud Nebbache)

Constantin Brancusi prépare, avec l’aide de son ami Marcel Duchamp, une grande exposition aux Etats-unis.
Mais sa dernière oeuvre d’art, intitulée sobrement « Oiseau dans l’espace », est bloquée à la douane.
Après observation, les agents pensent que l’objet tient d’avantage de l’artisanat que de l’œuvre d’art et réclame à l’artiste des frais s’élevant à 4000 dollars.

Ainsi débute un procès amenant nombre de ses participants à donner leur vision, archaïque ou moderne, du monde de l’art.

Une profonde réflexion sur l’Art

Oeuvre unique ou artisanat ?

Interrogation devant l’oeuvre de Brancusi

Brancusi contre États-Unis dArnaud Nebbache pourrait, par sa thématique et sa construction, effrayer à tort certains lecteurs.

En effet, l’album raconte un épisode particulier de la vie du sculpteur et alterne les moments de réflexion de l’artiste avec ceux d’une cour américaine qui doit donner son avis sur un objet qu’elle ne comprend pas vraiment.
Que l’on soit ou non réceptif de l’art abstrait, néophyte ou connaisseur, l’évènement a de quoi étonner.
Surtout que Brancusi était déjà un artiste reconnu et une exposition mettant en valeur son travail venait tout juste d’être inaugurée aux États-unis.

Malgré tout, cet évènement met en exergue toutes les incompréhensions et autres interrogations que l’on peut avoir devant un tableau ou une sculpture abstraite.
Et ce procès a pour objectif de décider si l' »Oiseau dans l’espace » est une oeuvre d’art ou un simple objet de décoration en est le meilleur des exemples.
Or, la question n’est pas simple à trancher.
Surtout que, comme le montre l’introduction, l’art utilise parfois certaines méthodes de l’artisanat.

En cela, le personnage même de Brancusi est intéressant.
Dès les premiers temps, le sculpteur marque par la réflexion poussée qu’il a de son travail.
De simple élève de Rodin, il devient un véritable artiste avec une approche unique, totalement opposée à celle de son maître.
C’est un homme curieux, ouvert, qui défend sa vision mais ne peut s’empêcher de douter.

Pourtant, son oeuvre d’art devrait est unique et produite par la seule main de l’artiste.

J’estime que personne d’autre que moi n’aurait pu mener ce travail à bien d’une manière satisfaisante. À mes yeux, personne n’aurait pu avoir les gestes propres à mes exigences et à mon art.

Brancusi

Par ces simples mots, Brancusi définit ce qui fait la différence entre un artiste et un artisan.

Jugement de valeur et ressenti de l’oeuvre

En quoi est-ce un oiseau ?

Il ne faudrait pas voir dans tout cela un mépris de l’artisanat.
À plusieurs reprises, Arnaud Nebbache nous montre Brancusi comme un homme fasciné par les constructions humaines.
Jusqu’à les trouver aussi belles qu’une oeuvre d’art.

Mais la réflexion est tout autre.
Sa complexité exige que l’on mette de côté ses jugements, ce que ne fait aucunement le sculpteur américain Robert Ingersoll Aitken jugeant qu’aucune sculpture de Brancusi ne peut être considérée comme une oeuvre d’art.
À travers ses propos, deux visions de l’art s’opposent : l’art classique, prônant le réalisme, et l’art abstrait, laissant place au ressenti.

Car tout est question de ressenti.
En quoi l’œuvre de Brancusi ressemble-t-elle à un oiseau ?

S’il ne ressemble pas à un oiseau, ses formes évoquent l’esprit de l’oiseau. Ses lignes expriment l’envol de l’oiseau vers le ciel.
(…)
Je n’affirme pas que c’est un oiseau. Je dis qu’il SUGGÈRE un « oiseau dans l’espace ».

Et c’est de cette voie que peut venir la résolution du problème.
Cette sculpture ne cherche aucunement à reproduire la réalité.
Elle veut l’évoquer par une épuration extrême de la forme.
Cela demande sûrement la souplesse d’un esprit qu’une partie de la société américaine n’avait pas encore mais elle est le point de départ d’un changement radical, allant par moments, aussi, vers certaines extrémités.

La sobriété du dessin d’Arnaud Nebbache

Les geste de l’artiste

Quand on évoque un tel sujet, on se doit d’être soi-même à la hauteur.
Et d’un certaine façon, le trait d’Arnaud Nebbache correspond parfaitement à la thématique de son album.
Il faut dire qu’il avait déjà fait des merveilles sur la tournée de Gaspard, un album jeunesse rendant hommage à un métier dont on a beaucoup parlé ces derniers jours.

Si son style évoque plus les années 20 que l’abstraction, on retrouve néanmoins dans son trait et sa colorisation cette recherche de sobriété.
Son encrage brut épouse à merveille les formes et les mouvements de ses personnages.
Quant à ses couleurs, elles donnent un côté vintage qui colle à merveille à l’ambiance de l’album.
La mise en scène alterne avec brio une composition classique avec une autre plus aérée pour les scènes de procès.

L’approche d’Arnaud Nebbache reste personnelle et a l’avantage de nous sortir de la sempiternelle oeuvre autobiographique.

En résumé

Brancusi contre États-unis est une oeuvre brillante qui, avec simplicité, aborde une thématique aussi complexe que celle de l'art abstrait. 

En quoi le travail du sculpteur est-il une oeuvre d'art et non de l'artisanat ? 
Une simple question qui nous amène à mieux comprendre la notion même d'Art. 

Arnaud Nebbache illustre cet épisode avec élégance et démontre que lui aussi est un artiste à suivre. 

Commander sur

Pour lire notre chronique sur Ose ! et Un printemps à Tchernobyl

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal