Mots Tordus et Bulles Carrées

Des zombies dans la prairies (Chrysostome Gourio)

Comme il se présente lui-même sur son site Instagram, Chrysostome Gourio est « Ôôteur » et « inventeur de réalités alternatives ». Et on voit tout de suite de quoi il parle lorsque l’on découvre son roman Des zombies dans la prairie. Paru aux éditions Casterman, son sous-titre est « La comédie horrifique qui vous fera voir les marmottes d’un autre oeil !« . Tout un programme !

« Apocalypse maintenant… ou pas très loin »

Tout commence par une scène drôle et inquiétante. Une horde de marmottes zombies chelous attaque 2 promeneurs sur le Mont Forchat, en Haute-Savoie.

Pour les fans de la trilogie Cornetto (réalisée par Edgar Wright) ou de classiques du film gore tels que Braindead (de Peter Jackson) ou Evildead (de Sam Raimi), les premières fondations sont posées. On va rire des horreurs racontées et inversement.

Et en effet, Chrysostome Gourio a été biberonné à toutes ces références. Il les maîtrise parfaitement et va pouvoir s’amuser avec.

Mais commençons par le début.

Maximus, un jeune lycéen de 17 ans, s’est vu offrir un pass pour un festival à l’occasion de son anniversaire. Sauf que lui, le fan de metal, s’imaginait aller au Hellfestnoz. Or, c’est dans un petit festival punk qu’il se rend : Brock ‘n’ Poche. Si l’on ajoute à cela que sa famille (sa mère, ses frères, surnommés les Twix, sa grand-mère Maminette et Ficus, le chat) l’accompagnera et que cela se déroulera dans un village perché en Haute-Savoie… Le cadeau risque de se transformer en calvaire.

Heureusement, il y rencontre Julie, une apprentie gendarmette bien débrouillarde, dont il va rapidement tomber amoureux.

Saupoudrez le tout de marmottes zombies, de sorcière et d’un Pluton l’archidiable en passe de prendre le contrôle de la population terrestre. Vous aurez une petite idée de l’ambiance de ce roman déjanté.

3 jours de musique et de soupe de chalet pour sauver le monde

Soyons francs : Des zombies dans la prairie est une lecture complètement folle mais terriblement addictive.

L’écriture de Chrysostome Gourio, à mi-chemin entre le texte théâtral et le roman à suspense, est vive et drolatique. Si l’histoire peut paraitre « foutraque » par la juxtaposition des univers de la montagne, de l’horreur, de la musique punk et rock omniprésente, il n’en est rien en réalité.

En effet, le scénario est pensé comme pour un film. Intrigue resserrée sur 3 jours, chapitrage rythmé et titré avec beaucoup d’humour, scènes d’action très visuelles et ambiance apocalyptique ultra efficace font du roman un page turner.

Les personnages prennent vie et corps rapidement, autant pour les membres de la famille que pour les personnages secondaires.

La narration à la première personne nous fait entrer dans la tête de Maximus. Et son cerveau adolescent est vif (si, si, ça existe !) et pragmatique.

Je ne suis pas en mesure de les dénombrer, mais si on me demandait, je dirais qu’elles sont vachement beaucoup et qu’elles sont couvertes d’un truc gluant qui rappelle un peu trop le sang frais à mon goût.
MOI, les fesses bien serrées : Fuyez, pauvres fous !

Et c’est là toute la réussite du roman. L’histoire délirante prend des accents épiques et les personnages, a priori peu à même de livrer bataille face à une armée démoniaque, se révèlent héroïques à plus d’un titre… metal, évidemment !

Le Vae soli ! (référence à un titre de Mass Hysteria cité à la fin du roman) synthétise d’ailleurs bien le « jouons-la collectif » que les lecteurs découvriront dans la scène finale.

Pourquoi lire Des zombies dans la prairie ?

Ce roman ovni, crash-test de film de zombies, de romance musicale et de chronique familiale est un petit bonbon acidulé qu'on goûte avec plaisir. Rythmé, drôle et fun, on ne le lâche pas avant d'avoir vécu l'Apocalypse des marmottes zombies de Haute-Savoie au milieu d'un festival punk. 

A déguster sans modération, avec Megadeth en fond sonore et une bonne part de tarte aux myrtilles.

COMMANDER SUR

Pour lire nos chroniques sur Walking Dead et Les zombies qui ont mangés le monde

Mots Tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal