Mots Tordus et Bulles Carrées

Pour en finir avec le Groc (Alexandre Chardin)

« Je le déteste ! » Un cri du coeur ! Voilà comment commence « Pour en finir avec le Groc » d’Alexandre Chardin, aux éditions Magnard.  

Vivre avec un « groc », ce n’est pas facile tous les jours… Pour Eole, 11 ans, le « Groc » (« gros con »), c’est son beau-père,Raymond. Il règne en tyran sur la famille : sa mère et ses deux frère et soeur, Tomas et Lilou. 

« Comment peut-on utiliser beau pour dire que ce n’est pas mon vrai père ? Moche-père, oui ! » 

Eole se cherche entre une scolarité pas facile et une entrée dans l’adolescence compliquée. Et il traine ce Groc comme un boulet.  Leur relation est toxique : humiliations, violences verbales et vexations en tous genres. Une guerre froide qui ne demande qu’à exploser. Raymond n’épargne rien à Eole, sous le regard triste mais silencieux de sa mère.  Alors, pour échapper à cette emprise qui l’étouffe, Eole s’enfuit le plus souvent. Et il trouve refuge dans l’Ehpad où réside son grand-père. Contre toute attente, c’est dans cette maison de retraite que le jeune garçon malmené et perdu va rencontrer des personnes qui vont changer sa vie et celle de sa famille. 

Luminosité et ingéniosité

La force d’Alexandre Chardin dans ce roman tient dans la sensibilité à fleur de peau et dans la colère blanche et contenue d’Eole. Chaque mot, chaque regard ou attitude du Groc est comme un coup de poignard pour le personnage principal. Et pour le lecteur qui vit ces émotions complexes, mélange de frustration, de honte et de haine. 

Mais ces nuages noirs sont transpercés par la luminosité et l’ingéniosité des résidents de la maison de retraite tels que Marinette, l’aide-soignante bienveillante, Joseph, l’ancien mafieux, Mireille, qui cherche ses souvenirs ou encore M. Piaf, qui collectionne les nids d’oiseaux.  Car eux aussi ont leur « groc »… au féminin : une surveillante en chef qui les infantilise et les enferme. 

En nouant les fils de ces deux générations, celle de l’enfance et celle des anciens, l’auteur tisse une histoire pleine de rebondissements, de moments de rire mais aussi de souffrance, donnant parole égale à l’enfant maltraité ou aux aïeux à qui l’ont ôte une dignité déjà fragilisée par l’âge et la maladie.  

Pourquoi lire Pour en finir avec le Groc ?

Avec force, délicatesse et respect, à la manière d’un Roald Dahl dans un roman tel que Matilda, Alexandre Chardin donne corps et mots à des personnages qu’on aimerait rencontrer dans la vraie vie et avec lesquels on aimerait s’unir… pour en finir avec les Grocs. 

Sur le site des éditions Magnard, les lecteurs et lectrices pourront écouter, dans un podcast de l’association Interbibly, Alexandre Chardin nous parler de son roman et de la manière dont il a laissé vivre ses personnages. Ils y découvriront toute l’humanité de cet auteur jeunesse. 

COMMANDER SUR

Mots Tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal