Mots Tordus et Bulles Carrées

Le musée d’Iris (Christine Schneider / Hervé Pinel)

L’affect que l’on peut porter à un album peut être parfois étrange, voire très personnel.
Dans le musée d’Iris, de Christine Schneider et Hervé Pinel (aux éditions Seuil Jeunesse), c’est tout d’abord la couverture qui m’a attiré et l’image de cette jeune fille tenant la main à ce que l’on pense être son ami imaginaire.
Cette image, tendre et intrigante, m’a  rappelé ma propre fille qui me racontait, lorsque je l’accompagnais à l’école, ses nombreuses aventures avec son ami l’éléphanteau.
Maintenant, elle a bien grandi mais ce souvenir reste assez prégnant dans son esprit pour qu’à l’aube de ses 18 ans, elle me demande de la dessiner avec ce même ami imaginaire.

L’imagination est une chose bien précieuse pour nos enfants et, plutôt que de les éloigner du monde réel (comme pourraient le faire les écrans), elle les y prépare.
Cet album en est le parfait reflet.

Il pleut dehors et Iris s’ennuie. Alors que beaucoup se jetteraient avidement sur leur téléphone portable, la jeune fille  décide de visiter le musée du Louvre.
Mais pas avec n’importe qui : avec son ami GranGrogri, un éléphant immense qui, de surcroît, possède une immense culture artistique.
Et c’est ainsi que les deux amis se faufilent dans les couloirs du musée, en quête d’art.


L’ouvrage a une véritable ambition pédagogique.
Aux travers des questions d’Iris et des réponses apportées par GranGroGri, le jeune lecteur va découvrir des peintures, des peintres et des techniques dont il n’avait sans doute jamais entendu parler.
Attention, les auteurs ne comptent pas noyer d’informations leur lectorat mais proposent, avant tout, une première approche vers les grandes oeuvres d’art du musée.

Le dessin d’Hervé Pinel leur rend hommage, sans pour autant oublier de faire vivre ses deux personnages.
Et notamment Iris qui, à l’image du lecteur, est tantôt interrogative, tantôt étonnée, mais reste avant tout passionnée jusqu’au dernier tableau, la ramenant immanquablement vers sa propre réalité.


Le musée d’Iris est un mélange réussi entre album et documentaire. 
Cette visite est une porte d’entrée merveilleuse vers le monde de l’art et nous invite à en faire de même : poser nos portables et nous balader dans les couloirs d’un musée à la découverte de ses sublimes oeuvres d’art. 
 
L’album peut être utilisé comme introduction, pour les plus petits, à la peinture mais aussi  avec des élèves venant du dispositif ULIS 
 
Bulles Carrées 

COMMANDER SUR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal