Mots Tordus et Bulles Carrées

Le plus beau match de Madani (Fran Pintadera / Raquel Catalina)

Madani est un jeune footballeur incroyablement doué.
Le public est ébahi de chacune de ses prouesses techniques effectuée pieds nus.
Mais le match contre leur ennemi historique, La Florida, approche et les coéquipiers du jeune garçon aimeraient enfin le voir chausser ses crampons.
Alors ,quand Madani leur annonce qu’il économise pour un évènement particulier, l’espoir de la victoire renaît.

Football et famille

Pour l’amour du sport

Le ballon est son ami

Aussi bizarre soit-il, Le plus beau match de Madani traite d’un sujet peu fréquent en album jeunesse : le football.
Et dès les premières phrases, on sent tout l’amour qu’à Fran Pintadera pour ce sport.
Auteur espagnol, il a su capter toute la ferveur que pouvait prodiguer un simple but dans un filet.
Les effusions de joie, le bonheur qui se propage, les valeurs de bases d’un sport qui trouve son origine d’abord dans les quartiers.

Pour l’occasion, l’auteur fait la passe à un sacré énergumène.
Madini est talentueux mais il a une particularité : il joue pieds nus.
À l’instar d’un Captain Tsubasa (Olive et Tom pour les novices), le footballeur n’est pas avare en prouesses et, même s’il ne rivalise pas avec ses homologues de fiction japonais, il n’en est pas moins épatant.
En le voyant jongler avec son ballon, j’ai cette phrase qui résonne : « le ballon est mon ami ».
Une fois la balle au pied, plus rien ne l’arrête. Il dribble, passe, feinte et marque des buts, provoquant la clameur d’un public conquis.
Cette clameur se propage jusqu’à son appartement où sa mère travaille et esquisse un sourire en imaginant les exploits de son fils.

Cependant, jouer sans chaussure n’est pas sans conséquence sur les performance du garçon et ses coéquipiers le savent bien.
Fran Pintadera n’y voit aucune malice. La compétition fait inévitablement partie du jeu et elle amène des envies de victoires nécessaires.
Mais au final, est-ce l’essentiel ?

Choisir ses priorités

La petite boite de Madani

Arrive donc le moment que tout le monde attend.
Madini garde avec lui une petite boite dans laquelle il met ses économies, qu’il réserve pour un achat particulier.
Si le jeune garçon reste mystérieux, il ne fait aucun doute pour ses amis qu’il s’apprête enfin à s’acheter des chaussures de football.

Par interprétation, on imagine que sa mère ne gagne pas assez pour lui faire ce cadeau et, avec maturité, il se démène par lui-même pour se les offrir.
Sauf que la réalité est toute autre.
L’autrice prend à contre-pieds ses lecteur-riches de façon à revoir nos priorités.
Au final, le football est aussi un sport de partage et un moyen de communier avec son public.
Pour Madani, et donc pour Fran Pintadera, le football n’est pas qu’une histoire de victoire.
Ce qui lui importe est bien plus nécessaire pour lui qu’une simple paire de chaussures.

La morale, aussi belle soit-elle, rehausse aussi l’image d’un sport qui a, trop souvent, l’habitude de tomber dans de fâcheux travers.

Le football en toute finesse

Un trait fin et coloré

Le plus beau match de Madini est un album d’un grande richesse graphique.
Le trait de Raquel Catalina est à l’image de l’histoire de Fran Pintadera : doux et coloré.

Par la première apparition de Madani, on découvre un dessin mélangeant diverses techniques allant du fusain, aux crayons de couleur et à la peinture.
L’ensemble apporte une finesse mais aussi de la vivacité, notamment lors des phases de match.

Sa narration est variée, tantôt axée sur les exploits de Madini, tantôt plus vaste grâce à de sublimes doubles pages où les décors, légèrement esquissés, créent un véritable environnement.

Les couleurs, sans être éclatantes, sont douces mais aussi vives que les maillots des footballeurs en plein match.

En résumé

Le plus beau match de Madani de Fran Pintadera et Raquel Catalina explore le monde du football par la petite porte. 
Celui des matchs qui font vibrer tout un quartier, celui des joueurs talentueux qui n'ont pas besoin de victoire pour se sentir heureux.

Madini est un joueur passionné mais qui comprend que le sport, c'est avant tout un moment de partage avec les personnes qu'on aime.

Une belle morale illustrée par le trait fin et coloré de Raquel Catalina.

Commander sur

Pour lire nos chroniques sur Un maillot pour l’Algérie et Je préfère qu’ils me croient mort

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal