Mots Tordus et Bulles Carrées

Saint-Elme (Serge Lehman/Frederik Peeters)

Le détective privé Frank Sangaré débarque à Saint-Elme, petite ville réputée pour son eau de source.
Il enquête, avec l’aide de Madame d’Ombre, sur la disparition d’ Arno Cavalieri, fils d’une riche cliente.
Une enquête tout ce qu’il y a de plus banale, si ce n’est qu’à Saint-Elme, rien ne l’est vraiment !

Un polar haletant

Saint-Elme de Serge Lehman et Frederik Peeters est un polar implacable avec un Frank Sangaré, au moins au départ, en archétype de détective privé.

Le type arbore une mine de bougon, non sans un certain humour pince sans rire, et fait preuve d’un véritable sens de l’observation, chose indispensable pour ce métier.
Question look, hors de question de se faire remarquer.
Hormis sa paire de lunette de soleil, rien n’a vraiment d’importance.
On sent que le détective a du métier et il en impose.
Malgré tout, l’affaire va vite lui donner du fil à retordre et il en ressortira changé, autant physiquement que psychologiquement.
Habituellement en duo avec son frère Philippe, il se retrouve le nez dans une histoire de famille dont les enjeux vont le dépasser.
Mais il sait, qu’en cas de pépin, il peut compter sur son frère pour venir lui porter secours.

Simple affaire de disparition, Serge Lehman, par le biais des découvertes de son détective, creuse dans les secrets de la ville.
Dans son ombre, se cache une des grandes familles mafieuses de la région : les Sax .
Ainsi, le scénariste développe des liens de familles contrastés par des ambitions propres teintées de profonds ressentiments.
Entre une mère recluse, une fille gérant les affaires à sa façon, un fils à la ramasse et un père luttant contre l’influence du grand-père, les tensions sont explosives et les traitrises nombreuses.

Serge Lehman accorde une grande importance à la structure de son récit.
Aucun élément n’est anecdotique et la moindre action a des répercussions sur la suite de la série.
Ainsi, la tournure de l’intrigue est complètement inattendue.
Et les rebondissements, à l’image du cliffhanger du tome 3 ou des révélations du tome 4, montrent une véritable gestion du suspense.
Au bout des 5 tomes composant la série, Serge Lehman regroupe tous ses éléments rendant ainsi toutes les interactions logiques.
Il a su préserver la résolution de son intrigue tout se réservant plusieurs pages d’action pour un final explosif.

A l’ombre du fantastique

Serge Lehman est connu pour ses récits de science fiction et cette approche du fantastique mêlant hommage et modernité.
Une vision globale lie l’ensemble de ses albums, de la Brigade chimérique à L’homme gribouillé.

Si Saint-Elme, avec son ambiance polar, explore une piste différente, cela ne veut pas dire que le fantastique y est absent.
Au contraire, le récit puise sa source dans le folklore local.
Si le fantastique n’apparaît que par petites touches, sa présence, au fil des tomes, se renforcera jusqu’à apporter les clés à un récit passionnant.
Plusieurs éléments inexpliqués sont égrainés au fil des pages créant une tension diffuse et oppressante.
Que ce soit cette invasion de grenouilles, ce barman prédisant la météo avec exactitude ou cette jeune fille à l’étrange tatouage, les interrogations sont multiples.
Si l’auteur en dépoussière plusieurs lors du 4ème tome, la série reste marquée par de nombreuses d’incertitudes.

Et d’ailleurs, il ne répondra pas forcément à toutes les questions, mettant habilement le doute entre ce que l’on pense et ce qui se passe réellement.

Magistral Frederik Peeters

De pilules bleues à Saint-Elme, Frederik Peeters est un auteur qu’on aime suivre avec attention.

Son trait, et notamment son encrage, est d’une fluidité et d’une élégance remarquable.
Sa narration et ses cadrages sont recherchés et inventifs, en particulier sur les scènes d’action.
Là où il étonne, c’est dans sa gestion des couleurs.
En effet, il a longtemps été assimilé comme un auteur du « noir et blanc ».
Jusqu’à encore dernièrement avec Oleg, il aime s’approprier le média par ce genre de simplicité, même si la couleur l’a rendu plus abordable pour un large public.

La colorisation de Saint-Elme est assez extraordinaire.
Que ce soit sur les couvertures ou à l’intérieur, la palette de Frederik Peeters apporte une ambiance graphique oppressante et irréelle grâce à des choix monochromatiques extrêmement pensés.
Certains de ces codes couleurs semblent avoir un sens symbolique amenant à de multiples interprétations.

Au final, la couleur surpasse sa tâche habituelle et devient un outil narratif et scénaristique à part entière.

En résumé

Au bout de 5 tomes, on peut maintenant le dire : Saint-Elme de Serge Lehman et Frederik Peeters est un polar riche et fascinant. 

Serge Lehman intègre par petites touches des doses de fantastique tout en les mêlant aux affaires criminelles de la famille Sax.
Multipliant autant les personnages que les mystères et il mène son lectorat par de multiples coups de théâtre et un rythme haletant.
Quant à Frederik Peeters, il nous laisse pantois devant une maitrise graphique absolue, marquée par des aplats de couleurs hypnotisants.

Serge Lehman clôture son récit sur une fin explosive apportant de nombreuses réponses, sans résoudre pour autant tous les mystères de Saint-Elme
.

L'aura de la ville reste intacte jusqu'à la dernière page.

Pour lire nos chronique sur Sleeper et Faerie Thriller

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal