Mots Tordus et Bulles Carrées

Sorcières (Simon Grangeat / Cédric Abt)

Avant d’être un album, le récit de Sorcières de Simon Grangeat, illustré par Cédric Abt et publié aux éditions Sarbacane, était une pièce de théâtre : La mare à sorcières.
On y retrouve les deux mêmes personnages de Pierre et Nina.
Deux enfants aux caractères opposés, qu’un même lieu mystérieux attire : la mare au milieu de la forêt.

Nina et Pierre

Pierre est un petit garçon curieux et savant. Il connait tout de la campagne car il y vit depuis toujours. Avec ses lunettes rondes sur le nez, c’est un vrai petit scientifique et un fin connaisseur de la nature qui l’entoure.

Nina, elle, est une aventurière. Elle vit chez sa grand-mère et ce qu’elle aime par-dessus tout c’est partir à la découverte de cette campagne qui est son terrain de jeu. Et chanter aussi, chanter les chansons que lui a apprises sa grand-mère.

Ensemble, ils décident d’aller visiter la forêt environnante.

la mare à sorcières

Pour Pierre, c’est l’occasion d’observer les animaux et les plantes qui la peuplent. Il connait le nom des arbres, celui des insectes et des champignons.

Mais pour Nina, chaque arbre biscornu est un arbre à sorcière. Chaque animal aussi. Même les branches qui s’enfoncent dans l’eau de la mare sont parfaites (sans doute) pour remplir les marmites qui servent à confectionner les potions.

Si Pierre ne croit pas aux sorcières, il n’empêche que quand le ciel s’obscurcit et que l’orage gronde, l’imaginaire de Nina devient bien plus impressionnant !

Les sorcières répondraient-elles aux chants de Nina ?

Une ode à la forêt

Sorcières est un album à la croisée des chemins. S’il est le récit d’une aventure mouvementée de deux enfants dans la forêt, il est aussi une source documentaire sur la vie qui peuple ce lieu étrange et foisonnant.

L’auteur associe avec justesse les deux points de vue des enfants, l’un petit scientifique et l’autre plus empreinte d’imaginaire.

Les illustrations de Cédric Abt sont presque documentaires sur certaines pages mais aussi pleines de suspense et de fantastique lorsque les enfants sont perdus en forêt et recherchés par leurs familles.

On retrouve donc, dans les teintes douces des couleurs du jour et dans l’aspect plus sombre et inquiétant des couleurs de la nuit, la richesse de la nature et de cette forêt que l’on connait mais dans laquelle semblent vibrer encore la puissance des sorcières.

Quand gronde l’orage…

A la fois impressionnante et protectrice, la forêt devient un personnage mystérieux.

Pourquoi lire Sorcières ?

Sorcières est un album singulier qui mérite le détour. L'aventure et les découvertes de Pierre et Nina en forêt tiendront les petits lecteurs en haleine et ouvriront sans doute sur des questions. A l'image de la grand-mère, personnage chaleureux mais mystérieux,  l'album propose une vision vivante et vibrante de la forêt, à cheval entre le documentaire et l'imaginaire. 

Il est un chant en hommage à la nature, que l'on connait de mieux en mieux mais qui garde sa part d'étrange puissance.

Pour lire nos chroniques sur Ours et Nour et Dans la fôret sombre et mystèrieuse

Mots tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal