Mots Tordus et Bulles Carrées

Un jour j’ai eu une idée (Kobi Yamada / Mae Besom)

« Et si vous recherchiez le bon en vous et les autres ? Que verriez-vous ? » C’est ainsi que Kobi Yamada, auteur d’albums jeunesse et président de Compendium (société de vente d’objets « inspirants ») présente son projet autour du livre et de la lecture. Un jour j’ai eu une idée (édité en France par Le Lotus et l’éléphant) est l’un des ouvrages de la série « Un jour j’ai eu… » qui met en scène un enfant face à une nouveauté brillante mais un peu folle : son idée.

Que fait-on avec ça ?

Un jour, j’ai eu une idée.
« D’où vient-elle ? Pourquoi est-elle là ? me suis-je demandé. Que fait-on avec une idée ? »

Le petit garçon n’y avait pas fait encore attention mais elle est là. Son idée. Et elle le suit.

C’est une sorte de petit oeuf sur pattes, surmonté d’une couronne.

Elle est étrange et fragile. On ne sait pas vraiment encore ce qu’elle contient mais, où elle pose ses pattes, verdissent des brins d’herbe et rougissent des fruits.

Une idée étrange et fragile

Dans ce petit monde en noir et blanc, le garçon, imaginé par Kobi Yamada et dessiné par Mae Besom, avance doucement sur le chemin de la vie. Et cette idée fait naitre en lui des émotions et des réactions qu’il ne connaissait encore pas.

En effet, s’il essaye de l’ignorer au début, il ne peut s’empêcher d’y penser. Et ce n’est pas confortable. C’est à la fois effrayant et fascinant. Mais comment vont réagir les autres ? Il se sent moins seul avec elle alors pourquoi ne pas en parler ?

Je craignais que les gens se moquent d’elle s’ils la voyaient. Je craignais qu’ils disent que c’était une idée folle.
Et plusieurs l’ont fait. Ils ont dit que c’était une mauvaise idée. Ils ont dit qu’elle était bizarre. Ils ont dit que je perdais mon temps et que mon idée ne mènerait jamais nulle part.

Mais elle va s’imposer à lui, au-delà des commentaires désagréables. Elle va grandir et lui apporter beaucoup de bonheur.

Une idée à soi mais aussi à offrir

Dans cet album aux illustrations douces et aériennes, Kobi Yamada offre une leçon de vie positive. Il amène le lecteur à s’identifier au petit garçon et à cheminer avec lui, au coeur de ces émotions complexes et fluctuantes, de ces interrogations qui parfois nous font retenir en nous une chouette idée.

C’est un encouragement à oser (Ose ! est d’ailleurs le titre d’un autre de ses albums) et à suivre cette voie que notre imagination et notre sensibilité nous présentent.

Une idée qui prend son envol

Les mots de l’auteur sont simples et parleront à tous, petits et grands lecteurs.

Ils laissent également une large part aux dessins de Mae Besom, grande illustratrice chinoise, dont les atmosphères en crayonné, laissent éclater, au fur et à mesure des pages, les couleurs à l’aquarelle.

Pourquoi lire Un jour j’ai eu une idée ?

C'est un petit bijou de douceur et de poésie. On suit avec facilité le chemin de ce petit garçon et de son idée qui va éclore et prendre son envol, éclatant au grand jour. 

Croire en soi et laisser son imagination s'épanouir sont deux messages passés en toute simplicité. De même que celle qu'une idée, la plus petite qui soit, puisse être offerte au monde et le changer.

COMMANDER SUR

Pour lire nos chroniques sur Les idées sont de drôles de bestioles et Les petites reines

Mots tordus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal