Mots Tordus et Bulles Carrées

Alma (Timothée de Fombelle)

Dévoré en trois jours à sa sortie, « l’Enchanteuse », deuxième tome des aventures d’Alma de Timothée de Fombelle, accompagné de François Place, aux éditions Gallimard jeunesse, poursuit la grande saga de la jeune Oko, de sa famille et de ses compagnons, avec rythme et vivacité.

Dans le premier tome, « le Vent se lève », le récit prenait racine en Afrique, au cœur d’une famille de cinq, protégée de la violence et de la traite des noirs au sein d’une enceinte naturelle à laquelle on ne pouvait accéder qu’une fois par an. 

J’avais alors beaucoup pensé au magnifique film d’animation de Simon Rouby « Adama » et à ce village isolé des conflits et de la guerre que s’infligent les hommes. Alma, comme Adama, était la jeune héroïne de ce petit monde jusqu’ici préservé et mystérieux.

Un jour, attirée par l’inconnu au-delà des falaises, elle franchit, à la suite de son jeune frère Lam parti à dos de cheval, la frontière qui l’emmène vers le monde des blancs colonisateurs.
Elle va alors découvrir la réalité.
La grande Histoire brutale mais aussi celle de sa famille et l’héritage de la tribu des Okos dont elle est issue.

Dans ce deuxième tome, la famille d’Alma a été éparpillée aux trois angles du triangle de la traite négrière, entre Saint Domingue, la Louisiane, Londres et la France.
Les fils de ces destins vont se croiser et se tisser d’or et de coton.

Comme toujours chez l’auteur, chaque personnage, ami ou ennemi, est traité avec finesse et complexité. Les femmes sont puissantes et éblouissantes. L’aventure feuilletonnante à souhait, la langue poétique et vibrante.

Timothée de Fombelle fait de nouveau ici sauter les frontières de la littérature jeunesse, par l’abondance des thèmes traités autour de l’esclavage, par l’ampleur de cette grande saga humaine et historique, en offrant son histoire non seulement aux jeunes lecteurs mais aussi aux plus âgés, comme il l’explique très clairement dans un entretien à Anaïs Hurcet pour la librairie Mollat.

C’est de nouveau un livre d’aventure poétique et humain, dans lequel Timothée de Fombelle sait nous embarquer. La violence et la douceur s’y mêlent avec une belle musicalité.

Vous pouvez retrouver quelques illustrations et recherches sur le site de François Place.  

(Mots Tordus)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal