Mots Tordus et Bulles Carrées

Easy Breezy (Yi Yang)

Easy Breezy raconte le parcours de Yang Kuaikuai, un collégien solitaire.
Alors, quand il tombe par hasard sur Li Yu, un jeune voyou qui passe son temps à le brimer, en plein vol de camionnette, il sait que sa journée va prendre une autre tournure. 

Gang local, course poursuite et affaire de kidnapping, rien ne lui sera épargné. 

Le voyou et le collégien

Quand la Chine rencontre l’Italie

J’avais repéré depuis quelques temps  l’ouvrage de Yi Yang édité aux éditions Ça et là.  
Pourtant, le fait de ne pas connaître l’autrice, d’être peu habitué à cet éditeur et le nombre (toujours plus) important de sorties m’avait fait remettre cet achat à une période indéfinie. C’était une erreur qu’il me fallait réparer.
Et, au vu de la qualité de l’ouvrage, je suis bien content d’avoir passé le pas. 

Yi Yang est une jeune autrice chinoise qui vit et a fait ses études de beaux arts en Italie. 
Ainsi, Easy Breezy, dont l’action se passe dans la ville de naissance de l’autrice, est en premier lieu le reflet des souvenirs de Yi Yang
Plus qu’une carte postale de la Chine, le récit est un pur condensé d’action enchaînant les scènes à un rythme effréné.

Le groupe hétéroclite d’Easy Breezy

En une seule journée, notre petit groupe, composé de Yang, Li, l’Oncle Ba et la petite Yun enchaine les courses poursuites à toute allure à travers les rues de la ville. 
Cette frénésie est agrémentée par des dialogues savoureux.
Ces derniers reflètent les rapports houleux mais complices entre chacun des membres du groupe (et notamment entre Yang et Li

Une véritable famille se crée sous nos yeux. 

Une nouvelle famille

Ainsi Yang et Li vont apprendre à se connaître, à s’apprécier.
Yang, bien loin de rester dans son rôle de victime, va se montrer mordant vis à vis du manque d’intelligence de la jeune brute. 
Li, au contact du jeune collégien, va progressivement ôter sa carapace.
Il démontre, que tout voyou qu’il est, il a ses limites face à certains actes immoraux.

C’est sur ce point que nos 2 garçons se rejoindront, prêts à apporter leur aide à une jeune fille qui, petit à petit, va intégrer leur petite famille. 

Des scènes qui ne sont pas sans rappeler le trait de Taiyou Matsumoto

Un dessin sous influence

Le graphisme de Yi Yang (dont c’est le premier album sorti en France) est saisissant.

C’est avant tout le dynamisme de ses planches qui frappe le lecteur.
Son trait acéré se laisse aller à des exagérations anatomiques et de mise en scène.
Ce style me rapelle un de mes mangakas préférés : Taiyo Matsumoto
Et les points communs ne s’arrêtent pas là. 
Comment ne pas voir dans Easy Breezy, et notamment dans notre duo de personnages, une réminiscence de Kuro et Shiro, les deux frères d’Amer Béton

Bien sûr, on n’a pas l’ambition démesurée de l’oeuvre de Matsumoto mais on y retrouve, par bribes, une approche commune liée autant par le fond que par la forme. 

En résumé

Easy Breezy est une découverte autant pour l'oeuvre qu'elle recèle que pour le talent graphique de son autrice.
Pur récit d'action agrémenté de dialogues ciselés, le récit de Yi Yang nous emporte de la première à la dernière page. 
Fortement influencé par le trait de Taiyo Matsumoto, Easy Breezy peut être perçue comme un cri d'amour au mangaka pour lequel Yi Yang porte une grande admiration. 


Une autrice en maturation mais à suivre de très près. 

Pour lire nos avis sur : Rien ne nous appartient et Amer Beton

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal