Mots Tordus et Bulles Carrées

Regarder l’orage dans les yeux (Cécile Alix)

Je ne m’en cache pas – et je le crierais même sur tous les toits – j’aime Cécile Alix. Depuis ma découverte de son roman A(ni)mal qui m’avait bouleversée l’an dernier et de son petit frère Homère in the city un peu plus tard, je suis le fil de cette autrice profondément humaine et « amoureuse du monde et de ceux qui l’habitent« , comme elle le dit elle-même. Avec « Regarder l’orage dans les yeux« , sorti aux éditions Rageot, le fil se fait électrique et la tendresse foudroyante.

Famille, mon amour

Tout commence par une discussion mère-fille.

La mère, c’est Ariane, la fille, Pénélope. Ariane est ethnologue, Pénélope, une adolescente bien loin de l’image patiente et fidèle de la douce femme d’Ulysse.

C’était la mode des Chloé et des Emma, mais ma mère rêvait d’être la copine de Sophie Marceau dans La Boum quand elle était gamine. Le second rôle qui n’a jamais fait fantasmer personne à part elle, le non-kiff absolu : une préado échevelée, baptisée Pénélope. Mon père avait validé. Il trouvait cohérent de m’appeler comme la femme d’Ulysse, de créer en quelque sorte une identité familiale d’inspiration mythologique.
Affligeant.
Je porte le seul prénom au monde dont le préfixe est aussi interlope que le suffixe. Bonjour la rime riche, big up à l’inconscience parentale.

Et la foudre va s’abattre sur Pénélope.

En effet, sa mère, avec laquelle elle vit seule depuis que son père, Orion, est parti vivre avec sa nouvelle femme Leslie, quatre ans auparavant, doit partir. Elle a accepté une mission en Nouvelle Guinée qui doit durer 11 mois.

Pas d’autre choix pour Pénélope que d’aller vivre chez son père, dans cette nouvelle famille qu’il s’est construite après le divorce.

– Tout est arrangé, nous t’avons trouvé un lycée dans le centre de Libourne. Orion est ravi de t’accueillir, Leslie aussi, et Tess ne tient plus en place à l’idée de te rencontrer.

Premier coup de foudre : Pénélope a une petite soeur de 4 ans dont elle a nié l’existence.

Alors qu’elle se débat dans les méandres de ses sentiments rancuniers vis-à-vis de son père qui, le croit-elle, les a abandonnées, de sa très belle-mère qu’elle ne veut pas voir, dans cette nouvelle maison où elle ne veut pas poser un pied, une petite étoile apparait. Et elle s’appelle Tess.

Entre elle et Margherita, sa tante, soeur de son père, qui veille sur elle comme une fée marraine dévergondée, Pénélope va réapprendre à être la fille de son père, apaiser son « mal de mère » et apprivoiser le feu qui brûle en elle.

Attends-moi le monde

Comme toujours dans les romans de Cécile Alix, les personnages, principaux et secondaires, sont traités avec beaucoup de chair et de finesse. De complexité aussi.

A la maison, il y a Orion qui essaye de renouer avec son orageuse fille. Leslie, la discrète mais sincère « marâtre ». Et surtout Tess, la lutine enjouée et bondissante, qui brouille toutes les cartes par son sourire et son amour déjà inconditionnel. Elle va vite devenir le trait d’union entre les membres de cette nouvelle famille.

Son sourire est un feu d’artifice, elle enfouit son visage dans mon cou, mon nez disparait sous la mousse de ses cheveux, je la respire à grandes bouffées.

Mais, parce que Pénélope est adolescente, les rencontres et les amitiés vont aussi bouleverser ce quotidien en reconstruction. Et ces rencontres seront belles, multiples et foudroyantes.

D’abord, il y a Adam, le bel Adam, qui sait être là, tout simplement. Edmée, l’amie qu’on n’attendait pas, qui se joue des préjugés. Et surtout Maëlle. Son sourire, ses cheveux, sa moto. Celle qui va enflammer le monde de Pénélope.

La partition qui se joue est pleine de rebondissements, de moments intenses et lumineux. De larmes aussi, parce que Pénélope pleure son enfance merveilleuse et qu’elle doit écrire sa nouvelle vie. Parce que les émotions sont complexes et bouleversantes.

Cécile Alix dit tout cela avec justesse. La colère, la tristesse, la nostalgie, l’espoir, l’amitié, l’amour. La marée haute. Celle qui submerge Pénélope et la noie parfois. Celle qui emporte aussi et illumine. La vie, quoi.

Pourquoi lire Regarder l’orage dans les yeux ?

Regarder l'orage dans les yeux est un feu d'artifice de personnages plus attachants les uns que les autres. Une nouvelle fois, Cécile Alix réussit à donner corps et âme à une adolescente qui avance dans le tourbillon de la vie, entourée d'une famille recomposée lumineuse et d'une bande d'amis originale. Pénélope est aussi forte que touchante dans sa quête d'identité. Cécile Alix porte un regard plein de tendresse et d'humour sur ces moments de vie, pleins d'humanité.

A lire absolument !

COMMANDER SUR

Pour lire nos chroniques sur Dad et Rewind

Mots Tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal