Mots Tordus et Bulles Carrées

Même pas en rêve (Béatrice Alemagna)

S’il y a bien une étape difficile autant pour les parents que pour les enfants, c’est le premier jour de classe. 
L’école est un endroit inconnu symbolisant la première véritable séparation familiale. 
Crise de larmes et refus d’y aller font partie du quotidien de tous  jeunes parents qui se respectent. 

Hors de question de mettre un pied à l’école !

Les colères de Pascaline

Et justement, Pascaline exprime assez bien ce refus.
« Même pas en rêve !! » crie t’elle à ses parents qui se retrouvent, comme par magie, rapetissés par l’effet du cri de la jeune fille. 

C’est alors que la petite chauve souris a une idée brillante.
Amener ses parents avec elle pour vivre cette première journée ensembles. 
Sauf que cela ne se passe pas comme elle l’imagine ! 

Inversement de situation à l’école

Le récit de Beatrice Alemagna (édité aux éditions de l’Ecole des Loisirs) détourne les codes en montrant que les parents apprécient cette journée inattendue avec leur fillette. Alors que cette dernière se rend compte qu’elle n’a pas eu l’occasion d’en profiter, devant gérer la présence de ses parents. 

Aux parents de faire des bêtises

Leurs rôles s’inversent, pour le plus grand plaisir des adultes. 
Par ce biais, l’autrice démontre assez brillamment que l’autonomie, en plus d’être nécessaire, apporte de nouvelles libertés à l’enfant. 

La vie de classe devient un moment privilégié et renforce d’autant plus les retrouvailles avec les parents en fin de journée.

Pascaline

Un graphisme réjouissant

Le dessin de Béatrice Alemagna, mélange de crayons de couleur et de peinture, donne du corps (gras) à ses personnages. 
Cette imagerie enfantine correspond à merveille à ce récit laissant la part belle aux plus petits des lecteur-riches.

Les mouvements et les expressions de Pascaline ont été particulièrement travaillés rendant ses colères, ses joies et ses doutes encore plus vibrantes pour le lecteur. 

En résumé

"Même pas en rêve !" est un album d'initiation réjouissant qui démontre par cette simple phrase comment on peut passer de la peur de la séparation à la joie de la liberté. 
Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal