Mots Tordus et Bulles Carrées

Evol (Atsushi Kaneko)

Le même jour, 3 lycéen.nes tentent de mettre fin à leur vie.
Reprenant connaissance à hôpital, iels se découvrent des pouvoirs et décident de s’enfuir.
Jusque là, seuls Lightning Volt et sa soeur, Thunder Girl, héros en charge de la protection de la ville, en possédaient par hérédité.
Mais ces nouveaux détenteurs, réprimés par la société, ne comptent pas servir le « bien ».

Une mythologie qui s’étend à travers le monde

Des super héros à la sauce japonaise

Super héros jaonais

Les super-héros font partie intégrante de la culture américain.
Pourtant, depuis plusieurs années, de nombreux auteurs rendent hommage à cette mythologie.
En France, la Brigade chimérique de Serge Lehman et Gess ou FoxBoy de Laurent Lefeuvre en sont de parfaits exemples.
Des séries comme Zetman de Mazakazu Katsura ou plus récemment My Hero Academia de Kôhei Horikoshi montrent intérêt grandissant pour le genre.
Cependant, la vision de l’héroïsme au Japon correspond avant tout aux attentes de leur public.
Pour faire simple, les super-héros japonais sont bien plus liés aux codes du manga qu’à ceux du comics.

Pourtant, Atsushi Kaneko va prouver une nouvelle fois son originalité.
Avec Evol, il propose une intrigue avec des relents de The Boys, en moins cynique mais en plus sociétal.
On est guère étonné de retrouver l’auteur de Search and Destroy, Bambi, Deathco ou Wet Moon sur un récit super-héroïque.
Et il faut avouer qu’il en comprend toutes les spécificités et les nombreuses possibilités qui lui sont offertes.
Plus proche du comics indépendant que du manga de super-héros, Atsushi Kaneko impose son point de vue.
Après un permier tome, plutôt introductif, le mangaka se déchaine et construit petit à petit sa propre mythologie.
La fin du troisième volume clôture ce qui peut être vu comme une introduction.
Les « vilain.es » ont pris du galons.
Il leur faut maintenant des adversaires à leur hauteur que l’on va apprendre à découvrir au sein d’un 4eme opus assez fou.

Combattre la colère par le Mal

Les vilains face à l’autorité policière

La scène d’introduction résume assez bien la volonté de son auteur.
Une jeune musulmane est emprisonnée par un groupe terroriste.
Ces derniers lui reprochent sa tentative de suicide.
Cet acte puni par la religion la condamne à une exécution sommaire.
Mais, alors qu’ils s’apprêtent à l’abattre, la jeune fille découvre ses nouveaux pouvoirs et les extermine.

En prenant comme personnages principaux de jeunes adolescent.es suicidaires, Atsushi Kaneko s’intéresse en premier lieu à la colère et l’injustice qu’iels subissent.
Les pouvoirs, dont ils se retrouvent détenteurs du jour au lendemain, deviennent le moyen d’expulser leur frustration contre une société et des super-héros qui n’ont jamais été présents quand iels en avaient besoin.

Nozomi, Akari et Sakura ont comme point commun une solitude qui les poussent à penser à la mort.
À priori, rien n’aurait dû les réunir.
Nozomi se voit comme un espèce de mutant.
Akari est la fille d’un commissaire « autoritaire ».
Quant à Sakura , elle cache une profonde solitude derrière un sourire constant et figé.
Akari résume le mieux cette rage.
Sans doute parce qu’elle est celle qui a le plus de raison d’en vouloir à la terre entière.
Les flash-backs nous en apprendront plus sur les causes de cette colère.
Une colère et une haine qui au fil du récit enveloppera aussi Nozomi et Sakura.
Nozomi apprendra que ces choix peuvent avoir des conséquences dévastatrices.

Face à eux, se dressent deux super-héros : Lightning Volt et Thunder Girl.
Ils en possèdent tous les caractéristiques : costumes, alter égo, super pouvoirs et actes héroïques.
Mais l’auteur ne cache pas longtemps les manipulations qu’ils subissent et détournent la plupart de leurs actions.
Atsushi Kaneko s’attarde avant tout sur Lightning Volt et développe son instabilité psychologique.
L’homme est persuadé de faire le bien et attend la grande menace pour prouver sa valeur.
Ce groupe de vilain est une aubaine pour lui.
Mais fait il le poids ?

L’auteur profite d’ailleurs des tomes suivants pour développer une mythologie super-héroique personnelle.
Si celle-ci démontre de plus en plus présente au fil des tomes, elle n’en est pas moins mystérieuse.

Atsushi Kaneko, à la croisée de nombreux styles

Du noir et blanc stylisé à l’américaine

Atsushi Kaneko a un parcours atypique.

Plus jeune, il rêvait de devenir réalisateur et s’est retrouvé mangaka un peu par hasard.
Malgré tout, ses influences, allant de Tarantino à David Lynch, restent attachées au cinéma et à une certaine culture américaine.
Avec ce ton si particulier, il se montre amateur d’intrigues explosives peuplées de personnages hauts en couleurs et extrêmes.

Quand on ouvre, pour la première, un de ses mangas, on est frappé par un dessin qui semble au carrefour de multiples directions.
Son trait, caractérisé par un encrage massif et gras, se démarque par des noirs et blancs intenses le rapprochant d’auteurs américains tel que Paul Pope ou Eduardo Risso.
Sa narration, hautement cinématographique dénote d’un vrai sens du cadrage et de mise en page.

Son travail, unique dans l’industrie japonaise, l’oblige à se passer d’assistants, expliquant l’utilisation très limitée de trames.
Un minimalisme donnant des planches efficaces, ne se perdant pas dans des détails inutiles, tout en se concentrant sur l’essentiel : raconter une bonne histoire.

En résumé

Evol d'Atsushi Kaneko démontre toute sa perspicacité pour s'approprier le genre super-héroique.

Avec ses faux airs de The Boys, le mangaka aborde des sujets profonds tout en développant sa propre mythologie.

Sans concession, le récit est rude et non dénué d'un cynisme féroce.

Le scénario comme le dessin sont nourris par une multitude d'influences : japonaises, européennes et américaines.

Atsushi Kaneko est un mangaka à part et d'Evol en est une preuve de plus.

Commander sur

Pour lire nos chronique sur Punisher et Gaston Lagaffe

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal