Mots Tordus et Bulles Carrées

Batman & Joker : deadly duo (Marc Silvestri)

Un ancien flic est retrouvé mort, la main arrachée du reste du corps, tenant encore son pistolet.
En l’absence du commissaire Gordon, c’est Harvey Bullock qui a la charge de l’enquête.
Rapidement, Batman inspecte la scène de crime et les preuves pointent vers le coupable idéal : le Joker.

Mais la disparition d’Harley Queen révèle une affaire plus complexe qu’elle n’y parait.

Le retour de Marc Silvestri

Qui est Marc Silvestri ?

Une énième confrontation ?

Batman et Joker : Deadly duo de Marc Silvestri est un comics aussi intriguant qu’inquiétant.

Intriguant car il marque le grand retour aux affaires de Marc Silvestri.
Star des années 90, il a marqué les esprits avec ses prestations sur Uncanny X-men et surtout Wolverine.
À la création d’Image comics, il se lance avec Cyberforce, fortement inspiré des Reavers.
Mais, avec la création du label Top Cow et une charge éditoriale de plus en plus conséquente, il s’éloigne petit à petit de sa table à dessin.
A plusieurs reprises, son nom est assigné à divers projets, du Darkness de Garth Ennis au Hulk de Jason Aaron mais, ne tenant pas les cadences, il est vite épaulé par les clones de son studio.

Cette histoire consacrée à Batman était sur les rails depuis plusieurs années mais personne n’y croyait vraiment.
Malgré tout, Marc Silvestri s’est laissé le temps qui lui fallait pour aboutir à ce résultat.
Il offre un récit certes classique mais assez efficace et magnifiquement dessiné.

Un première expérience scénaristique aboutie ?

De la bagarre, encore et toujours ?

Si Marc Silvestri est un excellent dessinateur, son expérience en tant que scénariste est inexistante.
Même sur Cyberforce, c’était son frère qui s’occupait de l’intrigue.
Soyons honnête, c’est ce qui m’a fait longtemps hésiter à l’achat de ce comics.
À une époque, les comics qui ne tenaient que sur le dessin étaient légion.
Et Batman & Joker : deadly duo aurait pu en être un terrible écho.

Pourtant, l’ensemble tient plutôt bien la route.
Bien sûr, il n’y a rien de révolutionnaire dans le scénario de Marc Silvestri.
Mais l’enquête, empreinte de vengeance et de fantastique, est assez solide pour nous emporter.
De plus, l’équilibre entre action et enquête est assez bien dosé.

À première vue, ce qui effraie c’est cette histoire de collaboration entre le chevalier noir et son ennemi juré.
Si l’idée n’est pas nouvelle, on a franchement du mal à les voir combattre l’un à côté de l’autre.
Pourtant, Marc Silvestri rend cette aberration crédible en évitant les écarts de relation entre les deux hommes.
Au contraire, cette alliance forcée accentue les oppositions, notamment quand il s’agit de sauver des vies humaines.
L’ambiance glauque à souhait sert surtout de base pour les dilemmes mis en place par un némésis peut être, encore plus pervers que le clown fou.

Au final, le projet de Marc Silvestri rappelle à certains égards celui d’Enrico Marini.
Derrière une prouesse graphique évidente se cache une intrigue bien menée qui, sans être originale, fait son office en proposant un pur divertissement.

Un graphisme typé

Un trait et une mise en page ciselés

Marc Silvestri est un pur dessinateur des années 90.

Pourtant, son style graphique proposait bien plus que des femmes au corps sculptural et des hommes bodybuildés.
Si on en retrouve certains aspects, inhérents au genre, son dessin s’avère plus original.
Avec son trait ciselé, aux formes parfois abruptes, l’auteur crée une ambiance graphique explosive.

C’est exactement ce que l’on retrouve dans ce Batman & Joker : deadly duo.
Entièrement crayonné par l’auteur, sans aucun encrage hormis quelques ajouts de marqueurs pour approfondir ses noirs, Marc Silvestri nous offre un véritable spectacle visuel.
Si la technique sans encrage, à la mode dans les années 2000, apporte certaines confusions à la colorisation, on ne peut que vous conseiller la version Black and White permettant d’apprécier ce comics à sa juste valeur.

Le dessin est chiadé, foisonnant de détails et de traits amenant une richesse graphique assez exceptionnelle.
Les décors sont épatants, les vêtements ont un volume de dingue et la narration est dynamique sans pour autant perdre son lectorat.
C’est beau… Vraiment très beau !

Pour ma part, je regretterai toujours l’absence d’un encreur, ce qui, sans doute, aurait amené encore plus de profondeur.
Je me souviens avec émotion du duo qu’il formait avec Batt et cette époque me manque un peu.
Cependant, cela n’enlève rien à la prestation de Marc Silvestri, qui reste un dessinateur hors pair.

En résumé

Batman & Joker : Deadly duo de Marc Silvestri est un pur divertissement. 

Si le scénario n'a rien d'original, cette "alliance" entre le chevalier noir et son ennemi de toujours est propice à une intrigue emplie d'action et de suspens.
Quant au dessin de Marc Silvestri, il est tout bonnement exceptionnel et rappelle en quoi cet auteur est à part dans les années 90.

Malgré tout, nous vous conseillons plutôt la version Black and White qui offre un écrin exceptionnel aux crayonnés du dessinateur.
La version couleur est plus abordable mais démontre qu'une colorisation, aussi parfaite soit-elle, ne remplacera jamais un encrage.

Commander sur

Pour lire nos chroniques sur Lightfall et Amande

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal