Mots Tordus et Bulles Carrées

Chasseurs d’Aurore (Samantha Bailly / Munashichi)

Ce qui frappe au premier abord lorsque l’on découvre Chasseurs d’Aurore de Samantha Bailly et Munashichi, aux éditions Nobi-Nobi, c’est la beauté de la couverture grand format. Les aurores boréales ont toujours été un phénomène mystérieux et grandiose à mes yeux et l’idée de découvrir les aventures de jeunes personnages dans ce décor de rocs et de neige m’a enthousiasmée. La volonté de faire découvrir la fantaisie à de jeunes lecteurs aussi.

L’aurore boréale, un remède à la mélancolie

Dans la cité de Coupelune, l’empereur Fen a perdu sa joie de vivre. Il dépérit dans son lit dans l’attente d’un remède pour le guérir de sa mélancolie.

Coupelune

Tous les espoirs reposent sur Andor, un aventurier émérite, qui revient du Norvif, une contrée neigeuse et sans lumière.

(…) les Gardes-Etoiles que nous avons rencontrés là-bas affirment que les aurores boréales effacent toute tristesse.

L’aventurier ne pouvant se lancer dans l’aventure lui-même, il suggère à l’empereur de lancer un concours : une chasse aux aurores boréales.

Et c’est là qu’entrent en scène Mune et Janus, nos deux héros.

Mune est une jeune fille de 10 ans, grande lectrice, fille du guérisseur. Elle est accompagnée de son fidèle Hélios, un chat particulièrement intelligent, cadeau de sa mère décédée. Et si Mune prend part à cette expédition, c’est qu’elle est elle-même touchée par la maladie de la mélancolie. Elle quitte donc le domicile familial pour se guérir, malgré quelques symptômes qui apparaissent déjà.

En route pour l’aventure !

De son côté, Janus est un aventurier qui a encore tout à prouver. D’autant plus qu’il est le fils d’Andor. Souriant et protecteur, ce compagnon de route a donc lui aussi une motivation personnelle à effectuer cette quête.

Janus, un héros solaire

Les deux jeunes gens vont donc se lancer à la conquête du Norvif et de ses aurores boréales.

Une quête pleine de sens

Le récit de fantaisie a cette capacité extraordinaire de proposer des strates de lectures qui vont de la pure aventure (le Norvif est un cadre naturel qui va mettre à rude épreuve nos jeunes héros) à l’interprétation symbolique de notre rapport à la tristesse et à la mélancolie.

On retrouve en effet dans ce récit l’univers qui a fait le succès de nombreux romans de fantaisie comme Les Royaumes du Nord de Philipp Pullman, mais aussi de grands jeux vidéos japonais tels que Dragon quest ou Zelda, liés à la magie des éléments mais aussi à la nature grandiose.

Suivre les aventures de Mune et Janus, mais aussi d’Hélios, le chat mystérieux, en quête des aurores boréales, c’est vibrer avec eux lorsque les éléments deviennent dangereux, s’inquiéter de leur réussite et éprouver des émotions fortes. Mais l’intelligence de Samantha Bailly est de proposer une réflexion également sur ce qui pousse les deux héros à risquer leur vie et aussi à leur faire découvrir qui ils sont au plus profond d’eux-mêmes.

En effet, si Janus apparait comme le plus expérimenté physiquement et moralement, Mune va se révéler bien plus forte qu’il n’y parait et va trouver des solutions originales face à certains obstacles.

Les illustrations de Munashichi, qui sont parfois en pleine double page, sont impressionnantes et foisonnantes. Elles accompagnent magnifiquement le texte de l’autrice et mettent en valeur le symbolisme de cette quête de lumière.

Pourquoi lire Chasseurs d’Aurore ?

Avec ce récit de fantaisie, magnifiquement illustré par Munashichi, Samantha Bailly offre aux lecteurs une aventure vibrante et lumineuse, en grand format. On aura plaisir à découvrir cette quête pleine de sens, pour ses personnages attachants mais aussi pour la porte d’entrée qu’elle ouvre vers la fantaisie pour les jeunes lecteurs.

Et comme le dit l’autrice si simplement :

Pour chasser la noirceur de la mélancolie, il faut laisser entrer l’inconnu dans sa vie.

Pour lire nos chroniques sur Puppy Knight et Maldoror

Mots tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal