Chat perché (Jo Rioux)

Suri est une jeune orpheline qui « squatte » un cirque ambulant.
Au grand dam de son propriétaire, elle raconte ses histoires de monstres à de jeunes spectateurs plus ou moins crédules.
Mais alors qu’elle se retrouve en possession d’une amulette magique, son cas semble soudain intéresser un étrange trio qui se lance à sa poursuite.

Un récit prenant, peuplé de personnages attachants

Suri, une jeune héroïne sûre d’elle

Un monde avec un riche potentiel

Chat perché de Jo Rioux est un récit de fantaisie efficace et particulièrement attachant.

Son univers, légèrement esquissé par une des histoires de Suri, est peuplé de créatures plus ou moins sympathiques.
Le mythe fondateur décrit un environnement varié mais, pour le moment, « invisible ».
Le carnet de croquis de l’autrice en donne un plus grand aperçu à la fin de cette première partie.

Ici, elle se concentre sur une race particulière : les Cat Sith.
Sorte de chats chapardeurs prenant forme humaine, ils cherchent à passer inaperçus dans la foule humaine tout en évitant les fameux dompteurs de monstres.
Des dompteurs qui, selon les dires de Suri, n’ont pas l’air d’avoir dompté grand chose.
Assez étonnamment, la présence des monstres reste effacée.
Malgré les craintes de la population, le danger ne se trouve pas à tous les coins de la rue.
En dépit de leur terrible réputation, il semblerait que, pour au moins certains, les apparences soient trompeuses.

Une héroïne à laquelle on s’identifie

C’est ce que découvrira Suri au fil de ses rencontres.
La jeune fille se rêve dompteuse de monstres.
Elle a même assez de courage pour défier la créature enfermée dans l’une des cages du cirque.
Tout inspire le mystère autour de cette cage. Le monstre bien sûr mais aussi son étrange propriétaire, à l’étrange chaloupée.

Indéniablement, Jo Rioux a créé une belle brochette de personnages dans Chat perché .
Que ce soit Suri ou Caglio et sa créature Byron, on s’attache à eux avec une facilité déconcertante.
Suri attire les ennuis mais comme dans Brûme, à aucun moment, elle ne se rend compte de l’impact qu’elle a sur l’histoire.
L’ensemble donne un récit drôle, dynamique et qu’on déguste avec plaisir.
Et même si ce premier opus reste introductif, les enjeux sont plantés et le terrain est préparé pour de multiples développements.

Un dessin doux et coloré

Une mise en page impeccable

Le trait de Jo Rioux reste, pour une série jeunesse, assez classique et surprendra plus par sa technicité que par son originalité.
La douceur de son trait et la souplesse de ses crayonnés enchanteront bon nombre de lecteurs.rices qui se laisseront porter par une mise en page solide et percutante.

L’autrice accorde une grande importance aux designs de ses personnages.
Si elle opte pour une approche enfantine, elle sait ménager ses effets et trouve son originalité à travers les énigmatiques Caglio et Byron.
À l’opposé, Jo Rioux délaisse certains arrières plans mais compense par les couleurs, se superposant à merveille sur ses crayonnés.
Les tons, lorgnant vers des teintes de vert, apportent une touche saisissante à ses ambiances.

En résumé

Ce premier volume de Chat perché de Jo Rioux pose avant tout les bases d'un nouvel univers de fantaisie mettant en scène Suri, une jeune fille qui rêve de devenir dompteuse de monstres. 

L'intrigue, simple au demeurant, plaira avant tout aux jeunes lecteurs.rices qui se plongeront dans les aventures de cette jeune héroïne et se régaleront des dessins colorés et dynamiques de l'autrice. 

La suite est pleine de promesses

Commander sur

Pour lire nos chroniques de Brûme et Elisabeth sous les toits

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal