Mots Tordus et Bulles Carrées

L’appel du marais (Davide Calì / Marco Somà)

L’Appel du marais, avec son petit axolotl au t-shirt rayé et ses couleurs automnales, a tout de suite attiré mon attention. Cet album de Davide Calì et Marco Somà, édité par Passepartout, aborde de manière simple mais originale et délicate la question de l’identité pour un enfant adopté.

Qui suis-je ?

Boris est un cadeau du ciel. En effet, on a annoncé à ses parents qu’ils ne pourraient jamais avoir d’enfant. Alors lorsqu’ils l’ont trouvé près d’un marais, ils n’ont pas hésité une seconde à le recueillir. Même s’il est différent, avec sa grosse tête, ses branchies et ses grands yeux.

Lui, le petit axolotl, et ses deux nouveaux parents vont donc former une famille. Ils vivent dans une grande maison avec un chien sympathique. Une famille heureuse, des amis, l’école. La vie d’un petit garçon ordinaire.

Sauf que Boris, en grandissant, se pose des questions.

Comme une odeur enfouie

– Maman, pourquoi vous m’avez emmené avec vous ?
– Parce que nous t’aimions – répondit la maman.
– Mais pourquoi ne m’avez-vous pas laissé là où j’étais ?
– Parce que tu aurais pu mourir – répondit son papa.

Ses interrogations deviennent oppressantes. Il pense au marais, à son odeur, à son eau. A ce monde qui aurait été le sien s’il n’avait pas été recueilli par ses parents.

Il décide donc, un matin, de retourner au marais et de retrouver « sa vraie famille ». Celle des êtres qui sont comme lui, avec des branchies et de grands yeux.

Mais, au fil des jours, il se rend compte qu’il est différent des poissons et des grenouilles qui peuplent le marais. Et l’odeur de sa maison lui manque. Il découvre la nostalgie.

C’est donc désormais seul que Boris va faire son chemin. Celui qui l’amènera à se poser la bonne question :

Est-ce que les personnes qu’on aime doivent forcément nous ressembler ?

Un album symbolique

Si le cheminement et les émotions de Boris sont si touchantes, c’est en grande partie grâce aux illustrations de Marco Somà. Les teintes de marron, de gris et de bleu sont douces. Elles plongent directement les lecteurs dans cette atmosphère particulière du marais. Cet univers, à cheval entre l’eau et la terre, le dessus et le dessous, le rêve et la réalité, retranscrit à merveille l’intériorité du personnage principal. Que ce soit cet arbuste dans un vase transparent qu’il emmène partout avec lui ou les poissons volants qu’il imagine et que l’on retrouve sur le sol de la salle de bain, tout est symbole.

Marco Somà offre ainsi des illustrations complexes, dans lesquelles on aura plaisir à farfouiller tant son imagination est pleine de détails et de clins d’oeil à la nature foisonnante des marais.

sa « vraie » famille » ?

On appréciera aussi les angles choisis pour mettre en scène ce petit Boris qui ne trouve pas sa place, ni dans cette maison humaine, ni dans cet univers aquatique. En plongée, dans sa baignoire ou en contre-plongée sous la surface du marais, le dessin est fluide et vibrant.

L’association du texte simple et évocateur de Davide Calì et des illustrations élégantes et symboliques de Marco Somà fait des merveilles !

Pourquoi lire L’appel du marais ?

L'appel du marais, à l'image de cette petite bille-fleur bleue qui pousse aux racines du marais, est une création simple mais évocatrice des émotions et des questions que se pose un enfant adopté qui se sent différent. On plonge dans cet album avec une nostalgie joyeuse et l'on suit le chemin de Boris qui, au bout du compte, le mènera à la réponse la plus simple qu'on puisse offrir : il faut aimer et être aimé, tout simplement.

COMMANDER SUR

Pour lire nos chroniques sur Superman for all seasons et Les trois brigands

Mots tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal