Mots Tordus et Bulles Carrées

Les pianos de Nina (Sophie Adriansen / Chloé Mayoux)

Eunice Waymon est une jeune fille noire vivant en Caroline du Nord.
À une époque où la population afro-américaine n’a pas le droit de se mélanger avec la population « blanche », la jeune fille se démarque par un don musical hors norme.
Fille de pasteur, elle fait ses gammes sur le piano de l’église pour arriver, après un long chemin, dans les plus grandes salles de concert.
Malgré les discriminations subies, elle se forge un nom : Nina Simone

Une vie à travers les pianos

Une talent inné

Premier cours de piano

La vie de Nina Simone a été racontée de nombreuses fois.
Pianiste, chanteuse, actrice et militante, son parcours est à l’image d’une femme acharnée et combattive.

Mais avant de devenir la femme que l’on connaît tous, elle a été une simple jeune fille vivant dans une famille aimante : Eunice Waymon.
C’est ce que nous raconte, de façon originale, Les pianos de Nina de Sophie Adriansen et Chloé Mayoux.
Le récit, par le biais de divers pianos, nous décrit le parcours de cette jeune fille vivant en Caroline du Nord jusqu’aux grandes métropoles américaines où elle deviendra Nina Simone.
Le choix du piano comme témoin est un moyen astucieux de montrer l’immense talent de la jeune fille.
Les instruments deviennent ainsi des acteurs privilégiés d’une révélation annoncée.
Forcément, avec un père pasteur, elle passera par celui de l’église pour accompagner les choeurs avant de toucher le majestueux instrument de Mis Mazzy, qui deviendra son professeur.
Ainsi, son parcours est attaché à la famille.
Sans le soutien de ses parents, elle n’aurait sans doute jamais eu la chance de toucher l’immense piano de Miss Mazzy.
Ils ont cru en elle et ont été prêts à tous les sacrifices pour que leur fille ait les mêmes chances que n’importe qui.
D’une certaine façon, ils ont participé à son parcours de pianiste mais aussi, par un chemin détourné, à son combat contre les discriminations.

Combattre pour l’égalité

S’imposer pour faire respecter ses droits

Si le talent d’Eunice ne fait pas de doute, sa couleur de peau ne lui donne pas les mêmes droits.

Cette inégalité symptomatique d’une époque marquée par la ségrégation est assez bien résumé par une des scènes de l’album.
Sophie Adriansen, à travers les magnifiques doubles pages de Chloé Mayoux, nous dépeint une anecdote qui parait irréaliste.
Alors qu’Eunice s’apprête à jouer devant un public blanc, on relègue ses parents à l’arrière de la salle.
Sans hésitation, elle réclame que ses parents reviennent au premier rang sans quoi elle ne jouera pas.
Par cet acte symbolique, Sophie Adriansen pointe cette anecdote comme un élément fondateur de ses futures revendications.

Reste que derrière cette force de caractère, la réalité est parfois plus implacable.
Elle demeure une pauvre fille noire et son échec à l’entrée au conservatoire sonne comme une énième injustice.
Mais Eunice est une combattante.
Si elle chute, c’est pour mieux se relever par la suite.
Pianiste, c’est presque par hasard qu’elle commencera le chant et qu’elle conquerra son public au fond d’un petit bar.

C’est ainsi qu’Eunice Waymon deviendra Nina Simone.

En résumé

Les pianos de Nina de Sophie Adriansen et Chloé Mayoux nous raconte, par le biais des pianos qu'elle a côtoyés, la jeunesse d'une des plus grandes chanteuses afro-américaines : Nina Simone. 

Alors qu'elle n'est encore que la toute jeune Eunice Waynon, les autrices se penchent sur cette jeune fille talentueuse et combative. 
À travers les magnifiques doubles pages de Chloé Mayoux, on découvre le combat d'une jeune fille qui cherche à se faire une place dans une société américaine empreinte d'inégalité raciale. 

Commander sur

Pour lire nos chroniques de Grafity’s wall et John

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal