Mots Tordus et Bulles Carrées

Terre Dragon (Erik L’Homme)

Lorsque parut en 2001 la trilogie du Livre des étoiles, Erik L'Homme est devenu pour moi le maitre de la fantaisie jeunesse française. Ce fut donc un réel plaisir de le retrouver en 2014 avec une nouvelle saga, éditée par Gallimard jeunesse, plus sombre et ancrée dans un univers de pierre et de froid : Terre Dragon. Avec ses créatures inspirées des légendes nordiques et sa magie grise et noire, le royaume du Roi-Dragon ouvrait grandes les portes de l'héroïc fantasy aux jeunes lecteurs.

Terre Dragon : le Chant du Fleuve

Terre-Dragon, c’est d’abord un royaume. Un royaume de pierre, avec ses montagnes glaciales qui l’encerclent, mais aussi de torrents et de rivières. Et surtout d’un fleuve : le Fleuve métallique.

La particularité de ce dernier tient en sa consistance originale.
Une sorte de métal souple et liquide, sur lequel flottent les bateaux de pierre.
Substance vibrante, les habitants de Terre Dragon pensent même qu’il est vivant.

la carte du Royaume du Roi Dragon

Ici, on prie trois divinités : le Chevaucheur de Vent, le Maitre de la Foudre et la Reine des Montagnes.

A la croisée des chemins, une destinée commune

Quand commence l’aventure de ce premier tome intitulé « le Souffle des pierres« , nous sommes au Nord avec Sheylis. Cette jeune fille, surnommée « Mauvais-Oeil » par la population qui la prend pour une sorcière, est une solitaire, malgré elle. Elle a dû quitter sa grand-mère qui lui enseignait l’art de lire et d’utiliser les thun-lawz (sortes de runes magiques) pour échapper aux hommes qui pensent qu’elle est responsable d’une maladie qui sévit dans le village. Elle fuit donc à travers la forêt lorsqu’elle rencontre AEgir.

Lui est un jeune garçon, prisonnier échappé des Naatfaris. Il porte en lui un grand pouvoir : celui des Dakans. Il est surnommé Peau-d’Ours, non seulement parce qu’il est revêtu de celle-ci mais également car il aura, bientôt, la capacité de se métamorphoser en un ours monstrueux. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a été capturé par Ishkar, un homme qui veut le contrôler et utiliser sa force extraordinaire comme une arme.

Alors qu’ils associent du mieux qu’ils le peuvent leurs dernières forces, Sheylis va tracer maladroitement des signes magiques dans le cou d’AEgir et influencer leurs destins, désormais liés. En effet, elle permet ainsi au jeune garçon de se métamorphoser de manière autonome et bien plus précocément que prévu mais aussi de connecter leurs vies l’une à l’autre.

Séparés par la suite des événements, AEgir n’aura de cesse de retrouver Sheylis à laquelle il se sent puissamment lié.

Une lutte pour la liberté

On retrouve dans Terre Dragon tous les ingrédients d’une saga d’héroïc fantasy.
Des créatures monstrueuses, de la magie, une quête déterminante et des luttes de pouvoir.

Mais ce qui fait aussi le sel de ce roman, ce sont les personnages secondaires.

Tout d’abord Doom, le scalde encore en apprentissage, sorte de barde qui rêve d’écrire et de chanter la plus belle épopée qui soit. Le personnage rappellera évidemment aux lecteurs de fantasy le personnage de Jaskier dans The Witcher mais aussi, par son aspect comique, Assurancetourix, le barde du village gaulois d’Astérix et Obélix. Toujours prêt à pousser la chansonnette, il est surtout un ami fidèle et dévoué pour AEgir.

A ce duo d’amis, viendra très vite s’ajouter Gaan, un vieillard aveugle qui se révèlera être un grand sorcier gris. A la fois guide et donneur de leçons, il a la malice et le mystère d’un Gandalf, issu du Seigneur des anneaux. Il va mener les jeunes personnages vers leur destinée, en partageant ses connaissances et son savoir, avec humour.

Chacun des héros principaux, AEgir et Sheylis, va bénéficier de ces acolytes et lutter contre des ennemis qui les pousseront jusqu’à leurs limites. Ils devront se battre pour se libérer des chaines qui les retiennent et découvrir qui ils sont vraiment.

Pourquoi lire Terre Dragon ?

Lire le premier tome de Terre Dragon, c’est embarquer dans une aventure neigeuse, venteuse et brute, pleine d’amitié, de magie et de combat. Les lecteurs vivront, à travers les jeunes personnages, une quête difficile mais souvent drôle, grâce à des personnages secondaires qui équilibrent la rudesse de l’univers du Roi-Dragon.

L’écriture d’Erik L’Homme est fluide et vive, les personnages attachants. Le découpage en chapitres assez courts facilitera l’accès à l’aventure pour les lecteurs plus jeunes ou novices en fantasy.

Terre Dragon, on l’aura compris, est une belle et grande porte ouverte sur un monde qu’on ne veut plus quitter tant qu’on n’en connait pas la fin.

Pour lire nos chroniques de Stand Still Stay Silent et A la croisée des mondes

Mots tordus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal