Mots Tordus et Bulles Carrées

Pallas (Marine Carteron)

La mythologie grecque n’a jamais cessé d’inspirer et les réécritures sont nombreuses, notamment en littérature jeunesse. Pourtant, Marine Carteron, déjà reconnue pour sa série des Autodafeurs aux éditions du Rouergue, s’y est replongée. Elle nous offre un nouveau regard sur les guerres de Troie et les jeux de pouvoir qui les ont animées. Un regard féminin puisque la saga, intitulée Pallas, met en scène les intrigues divines et mortelles sous les yeux et les mains des déesses de l’Olympe et des femmes troyennes.

TOME 1 : Dans le ventre de Troie

C’est Hésione de Troie qu’il faut nous chanter

La couverture dorée sur fond noir du roman (réalisée par Patrick Connan) annonce la couleur. Il sera évidemment question de l’Antiquité grecque et de mythologie. Mais il sera surtout question de guerre et de femme/déesse combattante. Car c’est bien la Pallas Athéné qui surplombe le titre de cette saga.

La formation en Histoire de l’Art et en archéologie de l’autrice – dont on retrouvera les sources documentaires en fin d’ouvrage – est précieuse et pointue. Si l’on identifie sans difficulté les dieux olympiens et autres divinités secondaires, Marine Carteron n’aborde pas l’histoire de la cité légendaire de Troie par l’angle attendu. Il n’est pas encore question ici des 10 années légendaires qui opposèrent la Grèce et ses rois à l’Illion de Priam. L’histoire commence 52 années avant la chute de Troie.

L’arbre généalogique en début d’ouvrage est donc bien utile. Ilion est alors dirigée par Laomédon, fils d’Ilos. Et neveu de Ganymède, le célèbre amant de Zeus, rendu immortel par l’amour du dieu des dieux.

Mais surtout, c’est Hésione, la fille que le roi a eu avec Strymo, fille du fleuve Scamandre, qui va se retrouver au centre de cette destinée. A la croisée des mortels et des immortels.

Sa mère est la grande prêtresse du temple d’Athéna, dans lequel est précieusement gardé le Palladion. Cette statue de Pallas, élevée comme une soeur dans l’Olympe auprès d’Athéna puis punie par Zeus, protège la cité de Troie.

Et Hésione est destinée à en devenir à son tour la gardienne, lorsque sa mère disparaitra.

Or, la jeune troyenne chérit par-dessus tout sa liberté. Et, dans un monde où les femmes ont peu de place, elle aimerait pouvoir choisir son destin elle-même.

Vengeances divines

Le roman, en 7 chants, va unir le fil de vie d’Hésione, la jeune prêtresse rebelle, à celui de Pallas, la déesse statufiée.

Parce que toutes deux subissent la loi des hommes et des dieux. Pallas, punie par Zeus, Hésione, par son père et ceux qui règnent sur la société patriarcale de son époque.

Parce que toutes deux sont liées à Athéna. Pallas, par un lien d’affection puissant qui va pousser la déesse de la sagesse et de la stratégie à mettre en place un plan pour libérer celle qui lui a été ôtée. Hésione, par l’héritage de sa mère et son futur statut de grande prêtresse. Par l’ichor qui coule dans ses veines aussi.

Ce premier opus (de ce qui sera une tétralogie) met en place, avec la force de la poésie antique et de l’épopée, la tragédie écrite par les dieux et les déesses mais jouée par les hommes et les femmes.

Marine Carteron réussit à donner chair et émotions à des personnages de l’Antiquité bien éloignés de nous. Et pourtant si proches, par leurs préoccupations intimes et leur soif de liberté.

Si elle ne préserve pas les dieux et les déesses, qui utilisent les mortels comme des pions, elle n’a pas plus de retenue ni de sympathie pour les héros et autres sauveurs, qui sont aussi brutaux et égoïstes que les olympiens.

Au milieu de ce théâtre antique, Hésione cherche sa voie, tiraillée entre un amour naissant et sa soif d’indépendance.

L’histoire de ce premier tome se lit comme un thriller dont on connaitrait la fin. Mais dont on tournerait les pages avec plaisir tant les scènes racontées sont addictives. On se délecte des personnages, les plus détestables comme les plus attachants.

L’autrice nous offre une version incarnée de la mythologie, tout en détails précieux, en émotions fortes et en machiavélisme divin.

TOME 2 : Sur les flancs de l’Ida

20 années avant la chute de Troie.

Alors qu’Hésione trône désormais en Salamine aux côtés de Télamon, après avoir désigné Priam roi de Troie, Pallas, la soeur punie d’Athéna, continue à communiquer avec des êtres qui vivent près de son tronc. C’est Oenone, la jeune nymphe, fille du fleuve Cebren et d’une humaine guérisseuse, qui a sa préférence. C’est une petite en lien avec la nature, vive et libre, mais dont le destin va se trouver lié à celui de la cité mythique.

En effet, Oenone va sauver et protéger un jeune bébé nommé Alexandre, fils d’Hecube et de Priam, destiné à être sacrifié pour respecter une prophétie : un prince qui conduira la cité à sa perte.

Devenu adulte, le jeune homme, loin d’être un héros, va vivre une histoire d’amour avec sa sauveuse et même lui donner un fils : Corythos.

La machine des dieux et des déesses est une fois de plus en marche. Car Alexandre n’est autre que Pâris, celui qui volera la belle Hélène à Ménélas et lancera la guerre de Troie.

Encore une fois, Marine Carteron nous emporte dans un tourbillon de vengeances, d’amours et de trahisons, au coeur de la Grèce Antique et mythologique. Avec toujours cette écriture épique et la voix de Pallas qui assiste à la mise en place des pièces du jeu des dieux.

Un second tome à l’image de son héroïne, Oenone, pleine de vie et de désir, mais aussi de jalousie et de volonté de vengeance.

Pourquoi lire PALLAS ?

Pallas, dans le ventre de Troie et Sur les flancs de l'Ida posent les bases d'une guerre mythologique dans laquelle dieux, déesses et mortels vont jouer une partition légendaire. 50 ans avant la chute d'Ilion, les regards d'Hésione, jeune prêtresse d'Athena au caractère rebel, et d'Oenone, la nymphe, fille du fleuve Cebren, éclairent les luttes de pouvoirs et les vengeances divines sous un jour nouveau. Celui des femmes et des déesses. Dans une écriture poétique et épique, Marine Carteron nous embarque dans ce récit que l'on croit connaitre mais qui nous réserve bien des surprises. 

Vivement le tome 3 !

COMMANDER SUR

Pour lire nos chroniques de Wonder Woman Historia et Pénélope, la femme aux mille ruses

Mots Tordus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal