Mots Tordus et Bulles Carrées

Suite inoubliable (Akira Mizubayashi)

Avec Suite inoubliable, Akira Mizubayashi, écrivain et universitaire japonais, clôt un triptyque autour des instruments à cordes de quatuor. Après Ame brisée et Reine de coeur , c’est au tour du violoncelle d’être le personnage principal de son récit. L’instrument, réputé pour être celui qui se rapproche le plus de la voix humaine, unit les destins amoureux de personnages a priori sans lien, si ce n’est celui de la musique, et plus précisément d’un instrument : un Goffriller conçu au XVIIIe siècle.

Partitions entremêlées

C’est par cet exergue que s’ouvre le roman d’Akira Mizubayashi. Et les ombres des disparus vont en effet flotter sur ce récit. Celles des êtres happés par la guerre du Pacifique entre 1931 et 1945 qui opposa le Japon et la Chine.

Dans un prologue touchant, situé en 1945, on découvre Hortense, une luthière française installée à Tokyo. Elle est rejointe par Ken, un violoncelliste de 25 ans, qui s’apprête à partir pour la guerre. Une guerre en laquelle il ne croit pas et dont il sait qu’il ne réchappera pas. Après une unique nuit amoureuse, nuit d’adieu, le jeune homme part en laissant son instrument fétiche à sa compagne. Un instrument au nom secret, griffonné sur un papier.

Par la suite, un prélude entre 1934 et 1945 retrace le parcours de Ken et sa passion pour le violoncelle, la musique classique et la langue française. Entre pratique intensive de la musique, voyage en Europe et amitiés en trio, on vit les moments fantastiques. De ceux qui unissent les musiciens et les concerts partagés avec le public.

Dans une partie intitulée Allemande (1945), on suit cette fois le sort de la famille Kanda. Leur fils Tetsu meurt brutalement à la guerre peu de temps après sa mobilisation. Alors que son père le pleure, il revient telle une ombre près d’un banc pour lui dicter ses mots.

Enfin, en 2016, le violoncelliste Guillaume Walter fait la rencontre d’une luthière nommée Pamina. Celle-ci possède tout le talent hérité de sa grand-mère Hortense Schmidt pour réparer l’âme de son violoncelle, fracturée. Elle découvrira, lors de ces réparations, les secrets de cet instrument. Une lettre dissimulée dans un tasseau au coeur du violoncelle va tisser les liens entre les générations et les destins brisés par la guerre au Japon.

La musique contre la folie des hommes

Le parcours personnel d’Akira Mizubayashi est intimement lié à celui de ses personnages. Comme il l’explique dans de nombreux entretiens, la musique classique, et plus particulièrement celle des quatuors à cordes, a toujours tenu une place particulière dans sa vie. Son histoire familiale au Japon, la pratique assidue et intense du violoncelle par son frère. L’éducation ouverte à l’étranger initiée par son père, opposant au fanatisme national, sa passion pour le français qu’il a appris à 17 ans, ses études en France. Tout a concouru à faire du français sa « langue paternelle », comme il le dit lui-même.

Or, on retrouve dans ce 3e roman du triptyque de l’auteur consacré aux instruments à cordes, la puissance de la musique, au-delà des mots. Cette musique symbolisée par un instrument si humain qu’il en devient quasiment un personnage. Un personnage au nom si révélateur : AMOR.

A la fois fresque historique et intime, récit d’apprentissage et enquête sur l’histoire du violoncelle et de son musicien, mais aussi des personnages mêlés à son âme, Suite inoubliable emporte autant dans les moments de partages musicaux que dans ses réflexions philosophiques.

La lecture, fluide et harmonieuse comme une partition musicale, fait briller les âmes des personnages. De même, leurs passions, qu’elles soient musicales ou amoureuses, amicales ou langagières. Un hymne à la fraternité et à l’union des peuples par la musique.

Pourquoi lire Suite inoubliable ?

Avec Suite inoubliable, Akira Mizubayashi tisse les destins amoureux et tragiques de personnages liés par leur amour du violoncelle, de la musique et de la langue française. En suivant les vies brisées de ces êtres passionnés, victimes de la guerre du Pacifique, l'auteur déploie tout son amour de l'humanité, unie par la musique. Les secrets révélés font dialoguer les générations et la puissance d'un grand amour passé dont l'écho fait encore vibrer le présent. 

Pour lire nos avis sur Echecs et Rita

Mots Tordus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal