Mots Tordus et Bulles Carrées

The Ultimates (Mark Millar / Bryan Hitch)

1945, l’Allemagne nazie expérimente un missile pouvant changer le cours de l’Histoire.
Pour empêcher cela, les américains envoient sur le front leur super soldat : Captain America.
Mais, alors que les nazis réussissent à propulser leur prototype, le surhumain se sacrifie en faisant exploser l’engin en plein vol.

2002, l’Amérique cherche à créer un nouveau super soldat pour faire face aux menaces à venir.
Grâce à l’argent de Tony Stark, Nick Fury crée sa propre équipe de super héros : les Ultimates.

Une nouvelle ère pour les super héros

Les années 2000 sont prospères pour le comics mainstream, notamment chez Marvel .
S’inspirant des nombreux récits de déconstruction de Super-héros fleurissant chez Image Comics, dont le plus bel étendard est The Authority de Warren Ellis et Bryan Hitch, l’éditeur comprend que leurs propres héros ont besoin d’un bon coup de dépoussiérage.
Sous la houlette inspirante de Joe Quesada, Marvel lance ainsi la gamme Ultimate.
L’objectif est simple : Réactualiser et (surtout) moderniser les origines d’ icônes tel que Spider-Man ( Brian M. Bendis / Mark Bagley ) ou les X-Men (Mark Millar / Adam Kubert).
Ce nouvel univers crée une nouvelle porte d’accès pour un renouvellement de public et ravit les anciens par sa modernité.

Avec The Ultimates, Mark Millar monte le curseur d’un cran en faisant de cette équipe, le symbole d’une époque actuelle.

Les imperfections de l’être superhéroique

Et pendant ce temps là …

A ce moment, Mark Millar n’était pas encore tombé dans ses excès.
Et on peut dire que The Ultimates est bien loin des scénarios marquetés pour Netflix.

Contrairement à l’approche de Brian M. Bendis sur Spider-Man, le scénariste écossais n’hésite pas à égratigner les personnages qu’il a entre les mains.
Fort de son expérience sur Authority, il comprend que les héros sont superpuissants mais terriblement faillibles.
Cynique à souhait, la série jette un regard acerbe sur l’Amérique de Bush jr dont les Ultimates sont un des symboles.
Les punchlines de Mark Millar à la  » Il n’y a pas écrit la France !  » sont toujours aussi savoureuses. Elles reflètent des relations contrariées et complexes.
Héros et héroïnes starifiés, ils sont des protecteurs créés de toutes pièces dont l’unité a bien du mal à convaincre.
Et même si les convictions sont réelles, les ambitions de l’état « employeur » sont bien moins nobles.

Pour les héros en tant que tels, Mark Millar s’amuse à exploiter les faiblesses de chacun en triturant leur base historique.
Ainsi, il exploite ce qui est ancré chez eux, tout en les modulant à la réalité des années 2000.
Captain America est en décalage complet avec son époque.
Ses aspirations sont nobles mais son paternalisme est mis à mal par la société moderne.
Tony Stark assume son penchant pour l’alcool, dérivant vers des pulsions auto-destructrices.
Bruce Banner est un geek pathétique qui se transforme en un Hulk dévoré par sa jalousie.
La véritable réussite de ce casting est sans conteste Thor en activiste écologiste.
Est-il pour autant le fils d’Odin ? Le second volume nous éclaircira sur ce point.
Quant à Pym… Ne spoilons rien mais Mark Millar réutilise un des évènements majeurs et le met dans une perspective sociétale forte. Et c’est assez glaçant.
On remarquera d’ailleurs que la masculinité en prend pour son grade, même si cet effet est en contradiction avec le côté « gros bras » de l’équipe.

Avec le recul, tout n’est pas parfait.
On pourrait revenir sur les facilités de la caractérisation de Hulk ou de certains personnages n’apparaissant que pour la blague.
Cependant, la plupart sont réussis et approfondissent l’imagerie réaliste et cynique du super-héros.

Du pur blockbuster

Il faut sauver le soldat Ryan

Ce premier volume se divise en deux runs.
Le premier introduit ses nouveaux personnages jusqu’à la formation de l’équipe.
Le second met en scène leur première mission.

Mark Millar ne traine pas.
Les idées s’enchainent rapidement, reprenant des éléments piochés à différents moments de l’histoire des Avengers.
Le scénariste a compris qu’avec Bryan Hitch, il ne pourrait pas construire une ongoing sur la longueur.
D’ailleurs, le second volume accumulera les retards mais il était hors de questions d’avoir un fillinner et Bryan Hitch reste présent sur les 24 numéros de la première série.

Ainsi, on a une impression de course contre la montre, rythmée par des scènes d’actions dignes des plus grands blockbuster.
Il était évident que la volonté des auteurs était d’écrire un des comics les plus grandioses de l’époque.
Et pour le coup, ils n’ont pas lésiné sur les moyens.
Les affrontements sont dantesques, les explosions ravagent des espaces entiers ne laissant que ruines et poussière.
On s’en prend plein les yeux et les auteurs s’amusent comme des fous à imaginer des scènes toujours plus dingues.
Bryan Hitch reprend très largement les codes des films d’action.
Il leur rendra d’ailleurs de beaux hommages en réinterprétant la scène d’ouverture d’Il faut sauver le soldat Ryan et le final de Matrix.
Et franchement, même après 20 ans, le rendu est jouissif.

10 ans avant le premier Avengers au cinéma, Mark Millar et Bryan Hitch proposent le premier blockbuster superhéroique.
On s’amusera d’ailleurs de cette scène prémonitoire où les héros imaginent leur casting dans une future adaptation.
Et il était déjà évident que seul Samuel L. Jackson pouvait interpréter Nick Fury.

L’avènement d’un dessinateur

des splash pages ébouriffantes

Après plusieurs années de galère, Bryan Hitch trouve enfin le succès sur Stormwatch puis The Authority, accompagné de Warren Ellis.
Mais définitivement, il explose avec The Ultimates.

Fortement influencé à ses débuts par Alan Davis, il se dirige petit à petit vers une forme de réalisme assumé.
Il n’est d’ailleurs pas anodin que certains personnages reprennent des visuels réels à l’image du Nick Hury / Samuel L. Jackson.
Cependant, le trait garde des traceurs comics et ne tombe pas spécialement vers le photo réalisme.

Sur The Ultimates, il pousse l’approche actionnée à fond, proposant des planches qui fourmillent de détails et des cadrages léchées aux mouvements chorégraphiés.
Techniquement, c’est impressionnant.
Mais cette recherche absolue de réalisme l’oblige à la perfection et on sent que le rythme de parution lui fait commettre des erreurs qui, parfois, sautent aux yeux.

D’un point de vue personnel, je préférais les rondeurs de son trait sur The Authority.
Il n’en était pas moins ébouriffant.
J’ai d’ailleurs une théorie.
Pour moi, Bryan Hitch a toujours été frustré de ne pas « bien » dessiner les mains.
Tous ceux qui dessinent savent à quel point cela peut être traumatisant.
Sur The Ultimates, on sent un net progrès à ce niveau, montrant par tous les moyens qu’il SAIT les dessiner.
C’est un peu ce que l’on peut reprocher à son approche : il veut trop nous montrer qu’il sait faire.
Et, si cela reste bluffant, on peut malgré tout regretter sa fraîcheur d’antan.

En résumé

The Ultimates de Mark Millar et Bryan Hitch est une relecture des Avengers sous le prisme de l'Amérique des années 2000 : cynique, faillible et terriblement réaliste. 

Parfait point d'entrée dans le comics mainstream, The Ultimates réjouit autant pour son casting de super héros imparfaits que par sa vision désabusée de la société.
Graphiquement, Bryan Hitch offre un véritable blockbuster de papier bien avant qu'on ait l'idée d'adapter leurs aventures au cinéma.

The Ultimates, c'est un peu ce qu'on aurait aimé que soient les Avengers au cinéma.

Pour lire nos chroniques sur Les gardiens de la galaxie et Batman : année 1

Bulles Carrées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal